de fr it

Ainay

Congrégation bénédictine organisée autour de l'abbaye lyonnaise Saint-Martin d'A. (Ve s.) dont le développement date des XIe et XIIe s. En 1258, elle compte une cinquantaine de prieurés situés pour la plupart dans le bassin du Rhône. L'organisation interne est forte jusqu'au milieu du XIVe s. (prieurs souvent venus d'A., redevance dite du bâton de Saint-Martin, participation au chapitre général). En 1153, A. possédait dans le diocèse de Sion les églises d'Aigle, Saxon, Riddes, Saint-Pierre de Clages, Ayent et Granges, les trois dernières transformées en prieurés; dans celui de Genève, l'église de Saint-Jean-hors-les-murs et sa dépendance de Saint-Georges, aussi transformées en prieurés. L'implantation en Valais doit sans doute beaucoup aux seigneurs de Granges; à Genève, elle est le fait de l'évêque Guy de Faucigny. Dans les deux cas, les donations ont lieu avant 1107, date de la première mention des droits d'A. dans ces régions. Les possessions valaisannes d'A. passèrent, pour l'essentiel, à l'Eglise de Sion en 1580 et 1620, les genevoise et vaudoise furent sécularisées à la Réforme.

Sources et bibliographie

  • B. Bligny, L'Eglise et les ordres religieux dans le Royaume de Bourgogne aux XIe et XIIe siècles, 1960, 235-241
  • HS, III/1, 67-68, 357-375, 711-723, 744-750, 1370-1371, 1437-1470
Liens
Notices d'autorité
GND