de fr it

Johann JakobHug

23.1.1801 à Bâle, 6.3.1849 à Liestal, prot., de Bâle et Pratteln. Fils de Johann Jakob, instituteur, et de Susanna Rosenburger. 1836 Dorothea Brodbeck, de Liestal. Ecoles à Bâle, études de droit à Bâle, Tübingen et Heidelberg, doctorat. A Bâle, H. fut notamment juge pénal. Préfet du district de Waldenburg (1829-1831), il se mit en 1831 du côté des campagnards qui demandaient l'égalité des droits, ce qui lui valut d'être démis de sa charge et condamné à la prison. Il participa à la Constituante de Bâle-Campagne (1832) et fut le premier chancelier du demi-canton nouvellement créé (1832-1838). Député au Grand Conseil (1832-1840, 1841-1849; président en 1838-1839), délégué à la Diète en 1836, 1838, 1839 et 1845. A partir de 1838, H. travailla comme avocat et notaire à Liestal. Membre du tribunal criminel (plusieurs fois président). Il s'engagea en faveur des réfugiés politiques provenant du sud de l'Allemagne.

Sources et bibliographie

  • Leichenrede, 1849 (imprimé, StABL)
  • M. Leuenberger, Frei und gleich... und fremd, 1996
  • K. Birkhäuser, éd., Personenlexikon des Kantons Basel-Landschaft, 1997, 87 (avec bibliogr.)
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 23.1.1801 ✝︎ 6.3.1849

Suggestion de citation

Birkhäuser, Kaspar: "Hug, Johann Jakob", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 16.01.2008, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/007168/2008-01-16/, consulté le 25.11.2020.