de fr it

UlrichZehnder

20.1.1798 à Oberengstringen, 11.7.1877 à Zurich, prot., d'Oberengstringen. Fils de Daniel, ébéniste, et d'Elisabeth Notz. 1) 1821 Anna Maria Magdalena Nabholz, fille de Friedrich Ludwig, brossier, 2) 1858 Josephine Stadlin. Formation de chirurgien à Zurich (1814-1817), études de médecine à Zurich et Wurtzbourg (1817-1821), examen d'Etat (1821), doctorat (1824). Médecin à Zurich (dès 1822). Député au Grand Conseil zurichois (1832-1839 et 1842-1869; président en 1844, 1850 et 1863), conseiller d'Etat libéral (1834-1839 et 1843-1866) et membre du conseil d'éducation (1834-1839 et 1843-1849, président en 1845-1849). Premier représentant de la campagne à devenir bourgmestre de Zurich (1844-1866, président du gouvernement dès 1850). Habile tribun, Z., siégeant alors au Conseil d'Etat, fit adopter une loi sur l'assistance publique (1836), une loi sur l'exercice de la médecine (1854) et encouragea notamment la fondation de l'asile cantonal d'aliénés du Burghölzli (arrêté du Grand Conseil de 1864). Délégué à la Diète (1836, 1846 et 1848), il contribua de manière décisive à la rédaction de la Constitution fédérale. Il n'adhéra pas au mouvement démocratique, bien qu'il se soit toujours occupé de politique sociale, entre autres comme membre de la Société d'utilité publique du canton de Zurich (dès 1835, président en 1853-1861) et de la Société suisse d'utilité publique (président central 1853-1875), ainsi que comme rédacteur de la Revue suisse d'utilité publique (1867-1870).

Sources et bibliographie

  • S.G. Schmid, Die Zürcher Kantonsregierung seit 1803, 2003, surtout 336-337
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF

Suggestion de citation

Schumacher, Beatrice: "Zehnder, Ulrich", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 03.02.2014, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/007329/2014-02-03/, consulté le 04.12.2020.