de fr it

Ferney-Voltaire

Pays de Gex, département de l'Ain (F), à 8 km de Genève. Fernex jusqu'en 1758, puis Ferney, Ferney-Voltaire dès 1878. 20 feux en 1453, 35 en 1568, 41 en 1759, 184 en 1780. Au XIXe s. et jusqu'en 1960, de 900 à 1200 hab., 7291 en 1997. Bernois (1536-1567), savoyard (1567-1589), genevois (1589-1601), français dès 1601. Commune depuis 1793.

F. fit partie de la Colonia Iulia Equestris. Durant le haut Moyen Age, autour d'une villa gallo-romaine, se constitua un village, siège d'une juridiction puis de la paroisse. F. est cité vers 1150, la paroisse en 1344 et le château en 1356. Les Fernex possédaient leurs biens en franc-alleu. La seigneurie créée en 1453 par le duc de Savoie pour Etienne Frédéric de Lucques passa à la famille de La Frasse, puis aux Montfalcon, dont Aymon et Sébastien, évêques de Lausanne. Terre ecclésiastique, la seigneurie fut saisie en 1536 par LL.EE. de Berne puis vendue en 1554 aux Gingins, transmise en 1594 aux Chevallier, en 1674 aux Budé, genevois et protestants. A la Réforme, l'église Saint-André passa au culte protestant; elle fut rendue aux catholiques en 1612. Le temple construit en 1673 fut démoli en 1685. Un temple ne fut reconstruit qu'en 1824. En 1826, lors de la construction de la nouvelle église Notre-Dame, l'ancienne fut rattachée au château. Voltaire acquit la seigneurie en 1759, rebâtit le château et l'église en 1761 et accueillit à F. catholiques et protestants dans un nouveau village, le long de la route Genève-Gex.

En créant de 1758 à 1778 divers artisanats (poterie, horlogerie, soierie), Voltaire tenta de diversifier une économie rurale très pauvre, entièrement tournée vers Genève en raison de l'emprise foncière de la ville sur sa campagne voisine. En 1814, la création des zones franches accentua cette dépendance. En 1602, 25% des terres étaient en mains genevoises, en 1964, 30% étaient exploitées ou possédées par des Suisses. Au XXe s., le développement des organisations internationales (ONU, OIT, CERN) augmenta le phénomène frontalier. La ville moderne est née à la périphérie du vieux Ferney.

Sources et bibliographie

  • L. Choudin, Hist. ancienne de Fernex, aujourd'hui appelé Ferney-Voltaire, des origines à 1759, 1989
  • Ferney-Voltaire: pages d'hist., 21990
Liens
Notices d'autorité
GND