de fr it

Oberwil bei Zug

Village et paroisse catholique dans la comm. de Zoug, sur la rive du lac au sud de la ville. 1292 Oberwile. 362 hab. en 1799, 383 en 1850, 734 en 1960, env. 1600 en 1998. Vestiges d'habitat néolithique, tombe celtique. Partie du bailliage habsbourgeois de Zoug, puis de la commune de Zoug, dont il était un faubourg rural, O. fut probablement toujours représenté au Conseil de la ville. Son moulin est antérieur à 1450. Le village apparaît pour la première fois comme une communauté de voisinage en 1469, lors de la consécration de la chapelle (à laquelle fut attaché en 1743 un bénéfice scolaire). Il fut érigé en paroisse en 1956; l'église Saint-Nicolas-de-Flue, de style avant-gardiste, fut ornée de peintures de Ferdinand Gehr, qui déclenchèrent en 1957 une querelle entre traditionalistes et modernistes. En 1909, le père capucin Rufin Steimer, réformateur social, ouvrit le foyer Saint-François, qu'il géra avec l'aide de frères infirmiers; l'établissement devint la première clinique psychiatrique du canton, suivie en 1926 par la clinique Meisenberg. Le village dispose depuis 1925 d'une halte sur la ligne du Gothard. La construction de tours d'habitation depuis le début des années 1960 entraîna une rapide augmentation de la population.

Sources et bibliographie

  • Oberwil bei Zug einst und jetzt, 1994
Liens
Notices d'autorité
GND