de fr it

Rotkreuz

Principale localité de la comm. de Risch ZG. 1808 mention d'une auberge près de rothen Kreuz. 57 hab. en 1817, 92 en 1850, 303 en 1900, 858 en 1960, 5842 en 1999, 7580 en 2010. Jusque dans la seconde moitié du XIXe s., R. n'était qu'un hameau sur la route de Cham et de Honau, desservi aussi par la nouvelle route cantonale Zoug-Lucerne construite en 1839-1840 comprenant des embranchements pour Buonas (avec bac traversant le lac de Zoug), Risch (église paroissiale) et Meierskappel. Contre l'avis de Risch qui souhaitait que la station sur la ligne Lucerne-Zoug-Zurich soit implantée dans l'Unterrüti, plus proche que R. de l'ancien noyau villageois, ce fut R. qui fut choisi en 1864. Avec la mise en service des tronçons Muri-R. en 1881 et R.-Immensee en 1882 sur la ligne du Sud, ligne d'accès au Gothard, R. devint un nœud de transport important, renforcé dès 1979 par le raccordement aux autoroutes A4 et A14. R. se mua en village de cheminots. Une école fut créée en 1879, une paroisse catholique en 1938, des artisans et de petits industriels s'établirent dans les alentours. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, l'Ipsa (Industrie pétrolifère SA) construisit la première raffinerie suisse de pétrole et une usine qui traitait le marc de café pour en tirer de l'huile et du combustible. Dans la seconde moitié du XXe s., R. connut un rapide accroissement démographique et industriel; des firmes internationales, attirées par les facilités qu'offraient les liaisons autoroutières, s'y installèrent également. R. finit par constituer le centre de la commune de Risch, qui n'en avait point encore. Dès 1970, des plans de zones tentèrent d'aménager une agglomération qui avait connu jusque-là une croissance anarchique et de donner une âme à la localité, notamment en y édifiant un centre communal.

Sources et bibliographie

  • R. Hediger, Rotkreuz, 1986