de fr it

Altmatt

Comm. de Rothenthurm SZ. Au nord de Rothenthurm se succèdent en direction de Biberbrugg les trois hameaux d'Erste A., Zweite A. et Dritte A., appelés aussi innere A., mittlere A. et äussere A. 293 hab. en 1860, 284 en 1905, 458 en 1990. Dans le conflit de la Marche (Marchenstreit) entre Schwytz et le couvent d'Einsiedeln, A. figurait parmi les territoires contestés. En 1310, les Schwytzois vendirent une terre pour la construction d'une muraille fortifiée (mur ze Altunmatta); selon des fouilles récentes, la construction date du début des années 1340. En 1350, A. fut attribué à l'Ancien Pays de Schwytz. En 1798, les Schwytzois y résistèrent victorieusement aux Français. De 1833 à 1847, A. accueillit tous les deux ans la landsgemeinde, dite de Rothenthurm. A. est situé sur la route reliant les districts de Schwytz intérieur à ceux de Schwytz extérieur (axe Brunnen-Richterswil, dont se détache à Dritte A. le chemin de pèlerinage pour Einsiedeln par le Katzenstrick). Depuis 1891, A. est une halte sur la ligne du Sud-Est (Südostbahn). Extraction de la tourbe à la fin du XIXe s. et dans la première moitié du XXe s. Aujourd'hui, l'agriculture domine. Dans les années 1980, A. fut au centre des discussions sur la place d'armes de Rothenthurm, mais ce site, tourbière reconnue d'importance nationale, est protégé depuis 1987 et le projet de la place d'armes, contesté des années durant, est abandonné.

Sources et bibliographie

  • J. Bürgi, «Die Letzinen der Urkantone ― ein Verteidigungssystem aus der Zeit der Bundesgründung », in MHVS 75, 1983, 27-56
  • J. Obrecht, «Archäologische Sondiergrabungen an der Letzimauer Rothenturm, 1999 - Neue Erkenntnisse zur Baugeschichte», in MHVS, 92, 2000, 11-32