de fr it

Nuolen

Partie de la comm. de Wangen SZ, distr. de la Marche. Habitat dispersé au pied nord du Buechberg. En 1045, N. (Nuolun), propriété du couvent de Schänis, fut placé sous la protection de l'empereur Henri III. En 1362/1365, l'hôpital de Rapperswil acquit des biens, des dîmes et le patronage. Les droits de collation et les biens furent vendus aux Schwytzois en 1482. Ce n'est qu'en 1864 que la corporation d'Oberallmeind, prétendue héritière de l'Ancien Pays de Schwytz, céda le droit de collation aux paroissiens. Depuis le bas Moyen Age, N. fit partie de la communauté de Wangen. Sous la République helvétique, N. forma une commune du district de Rapperswil dans le canton de la Linth. Une source d'eau ferrugineuse, découverte en 1808, est à l'origine de la construction d'un établissement thermal en 1829. Les missionnaires de la Sainte-Famille y installèrent le collège du Christ-Roi en 1934; au début du XXIe s., l'ancien bâtiment de cure abrite l'école secondaire cantonale. Au XIVe s. déjà, N. jouissait de privilèges de navigation et possédait un port. A l'époque moderne, la région, riveraine du haut lac de Zurich, devint un centre industriel lié aux carrières et au transport de pierres. Les graviers et le sable commencèrent à être exploités à grande échelle en 1900. La filature s'établit dès 1822; l'entreprise de tissage et de filature de Caspar Honegger fut exploitée dès 1852. Le Nuoler Ried figure à l'inventaire des bas-marais d'importance nationale depuis 1994.

Sources et bibliographie

  • J. Heim, Das Mineralbad Nuolen, 1981
  • MAH SZ, 2, 1989, 286-297