de fr it

Melchsee-Frutt

Hameau de la comm. de Kerns OW, connu jusque vers 1960 sous les noms de Frutt, Melchsee ou Wildi; plusieurs alpages (Aa, Melchsee, Tannen) entre 1850 et 2100 m d'altitude. Habitat dispersé constitué de cabanes d'alpage et de montagne, devenu plus dense sur la rive nord du Melchsee, et utilisé sporadiquement. Première mention en 1173 dans la lettre de protection de l'empereur Frédéric Ier Barberousse. Les droits d'alpage changèrent souvent de mains: du chapitre de Beromünster, ils passèrent à l'abbaye d'Engelberg (1367), puis - pour une part - à Ulrich Rüdli, curé de Kerns (1370), et enfin aux paroissiens (1464). A partir de 1415, on exploita temporairement du minerai de fer à Erzegg. Le tourisme estival démarra grâce à la construction des refuges de Frutt et de l'établissement de cure de Joseph Anton Egger (1863). Suivirent en 1883 le raccordement au réseau routier et l'arrivée des chevaux de poste. Le premier téléphérique, construit en 1937, permit d'accéder à M. durant l'hiver. Premier remonte-pente en 1951 (Erzegg). La centrale de la future compagnie électrique d'Obwald, les retenues du Melchsee et du Tannensee (1955) et le nouveau téléphérique (1957, remplacé par un télécabine en 1976) accrurent l'attrait de l'endroit, qui devint un petit village de vacances.

Sources et bibliographie

  • J. Reinhard-Burri, 100 Jahre Melchsee-Frutt, 1966