de fr it

Hellbühl

Village de la commune de Neuenkirch LU. 1522 Helgbühl. 124 hab. en 1880. Autrefois compris dans les limites de l'ancien domaine des Rothenburg à Rüeggringen. Sur la colline du Schlosshubel (commune de Ruswil), dominant le Rotbach, se dressait la forteresse dite la nouvelle Rotemburg (veste genannt die nüwe Rotemburg), aujourd'hui disparue. Donnée en fief par les Habsbourg à Hartmann Andres von Rothenburg en 1374, elle servait probablement au contrôle d'un ancien passage entre les vallées du Rotbach et de la Suhr. Avant le milieu du XIVe s. cependant, Neu-Rothenburg (mentionné pour la dernière fois en 1424) perdit de son importance au profit du bourg et château voisins de Rothenburg, alors en mains autrichiennes. Avant la domination autrichienne, H. se trouvait aux confins des seigneuries de Wolhusen, Rothenburg et Lucerne; par la suite, à la limite des bailliages de Ruswil, Rothenburg et Malters. Sous l'Helvétique, le village fut incorporé au district et arrondissement judiciaire de Sempach. Première chapelle (vers 1499), messe du matin (dès 1779), église (1832-1835). Chapellenie en 1804, paroisse en 1864-1865, s'étendant sur une partie des communes de Neuenkirch, Malters, Ruswil et Lucerne.

Sources et bibliographie

  • F. Glauser, J.J. Siegrist, Die Luzerner Pfarreien und Landvogteien, 1977
  • F. Glauser, «Luzern und das Luzernbiet im 14./15. Jahrhundert», in Alltag zur Sempacherzeit, 1986, 19-40, surtout 35
  • G.P. Marchal, Sempach 1386, 1986, 321
  • Hellbühl, 1998
Liens
Notices d'autorité
GND