de fr it

Wolhusenseigneurie

Ancienne seigneurie et bailliage dans le canton de Lucerne. La seigneurie se constitua à partir des possessions des barons de W., mais ceux-ci, avec leur généalogie et leurs biens, n'apparaissent que tardivement dans les sources. Les terres du premier représentant connu, Seliger, suggèrent que le noyau primitif de la seigneurie était situé sur le Plateau, dans la région d'Ettiswil. Aux XIIe et XIIIe s., le centre de la seigneurie se trouvait au point de franchissement de l'Emme, près de W., d'où les barons de W. étendirent leur territoire en direction de l'Entlebuch et du Plateau. Ils détenaient aussi les droits comtaux.

Au XIIe s., ils chassèrent les seigneurs de Lützelflüh, Sumiswald et Trachselwald de leurs positions à Escholzmatt et Marbach dans le haut Entlebuch. En ces lieux, ils détenaient les basse et haute justices, disposaient de serfs et du château fort d'Escholzmatt, probablement édifié par des seigneurs de l'Emmental, mais n'avaient pas de propriétés foncières importantes. Ils exerçaient les haute et basse justices dans la paroisse de Trub et la haute justice à Schangnau. Dans le bas Entlebuch, ils possédaient les patronages de Schüpfheim, Entlebuch, Hasle et Romoos; aux deux premiers était lié un tribunal ecclésiastique, particularité de la seigneurie de W.: dans les bailliages d'Entlebuch, de W. et à Grossdietwil, les barons de W. avaient en effet délégué aux curés des compétences judiciaires (affaires matrimoniales, police champêtre, contrôle des poids et mesures). Les barons de W. détenaient la haute juridiction (et les compétences en matière d'endettement) à Hasle, Romoos, Doppleschwand et W.-Markt. Dans les forêts domaniales, tous les droits appartenaient à la seigneurie de W. Au XIIe s., les barons de W. cédèrent à l'abbaye de Saint-Blaise (Forêt-Noire) des terres sises à Entlebuch, ainsi que la collation de l'église de ce lieu (mais ils la reprirent par la suite). Sur le Plateau, le bailliage de W. comprenait la haute justice et la compétence en matière de lettres de rentes dans les paroisses de Ruswil, Buttisholz, Grossdietwil, Grosswangen et Geiss, ainsi que des serfs domiciliés dans le ressort de haute juridiction de Willisau, des terres dans la paroisse de Ruswil et le château fort de Grosswangen. En tant qu'avoués du couvent de Lucerne, les barons de W. détenaient des droits d'usage, des cens et des rentes à Unterwald. Ils eurent pour ministériaux, notamment, les Kapfenberg, les Bergstoss, les Truchsessen von W., les Rust et les Rüediswil.

Vers 1223, après la mort du dernier représentant des anciens W., une branche des barons de Rotenburg (parents par alliance) reprit leur nom. Vers 1234, elle se divisa en une branche aînée qui reçut le château "intérieur", et une branche cadette à qui échut le château "extérieur" (W.-Wiggern). La haute justice resta aux mains de la branche aînée qui garda aussi les droits seigneuriaux sur l'Entlebuch et Grosswangen. La branche cadette reprit essentiellement la région du futur bailliage de Ruswil et le château d'Escholzmatt. Mais les droits des deux lignées s'entremêlaient sur le terrain. A la fin du XIIIe s., la branche aînée vendit aux Habsbourg le château intérieur et le marché de W. avec l'Entlebuch; elle conserva le patronage de Grossdietwil et se retira au château de Grosswangen, qui devint probablement un fief autrichien au XIVe s. En 1313, la branche cadette céda sa seigneurie avec le château extérieur aux Habsbourg, de qui elle la tint désormais en fief. Les derniers détenteurs furent Margarethe von W. et son mari, Imier de Strassberg. Après leur mort, les Habsbourg reprirent le fief en 1369, conformément à une clause de rachat. Le bailliage intérieur de W. eut un statut de bailliage habsbourgeois dès 1313, le bailliage extérieur dès 1370. L'Entlebuch et le château intérieur furent remis en gage à Peter von Thorberg avant 1350, puis dégagés en 1358. Peter von Grünenberg reçut en gage le bailliage intérieur en 1363. L'ensemble de la seigneurie de W. fut remis en gage à Peter von Thorberg en 1370. La conquête de la seigneurie de W. (avec Grosswangen) par Lucerne en 1386 fut avalisée en 1394. Lucerne acquit la seigneurie en 1405 à titre de gage autrichien; celle-ci devint un fief d'Empire en 1415. Un bailliage lucernois de W. apparaît ponctuellement en 1419 (probablement W.-Wiggern avec Menznau): il se fondit ensuite dans le bailliage de Ruswil.

Sources et bibliographie

  • F. Glauser, J.J. Siegrist, Die Luzerner Pfarreien und Landvogteien, 1977
  • A. Bickel, Willisau, 2 vol., 1982
  • G.P. Marchal, Sempach 1386, 1986
  • F. Glauser, «Das Entlebuch im Mittelalter», in Gfr., 142, 1989, 49-66
Liens
Notices d'autorité
GND