de fr it

Heidegg

Château et ancienne seigneurie, commune de Hitzkirch (LU). Dans l'enceinte de l'imposant bâtiment principal et du donjon résidentiel trônant sur un promontoire morainique au-dessus de Gelfingen, on trouve les vestiges d'une maison en pierre datant de 1205/1210. Heidegg devint une demeure seigneuriale fortifiée (plan actuel) entre 1525 et 1532 et fut transformé entre 1679 et 1691 en résidence d'apparat par les Pfyffer. Lucerne réalisa des aménagements intérieurs après 1700 avec la création d'une salle des fêtes (1701-1702), puis fit construire une maison pour le fermier (vers 1704). Le tout fut rénové de 1995 à 1998.

Heidegg était pour moitié fief des seigneurs territoriaux successifs. Après la conquête de l'Argovie habsbourgeoise en 1415, Lucerne déclara la même année que le château de Heidegg était désormais offenes Haus, soit «maison ouverte» non fortifiée. La basse juridiction de Heidegg, relevant du bailliage de Richensee-Hitzkirch, fut rattachée en 1425 aux Freie Ämter, bailliage commun, en 1798 au canton de Baden et en 1803 à celui de Lucerne (district de Hochdorf). Elle englobait les seigneuries justicières de Gelfingen (cour de justice dès 1470), Sulz, Altwis (dès le milieu du XIVe s.), Lieli, Mosen (soit la seigneurie de Lieli acquise en 1431/1437, incluant la tour de Grünenberg près de Richensee), le bailliage du lac de Baldegg, les droits de pêche, le moulin principal d'Ermensee ainsi que des tavernes. Heidegg changea souvent de mains par suite de mariage ou d'héritage. Les premiers propriétaires connus (de 1185 à environ 1421) furent les seigneurs de Heidegg. Combourgeois de Lucerne dès 1357, ils virent leur château épargné pendant la guerre de Sempach. Les Businger suivirent (de 1421 à environ 1465), puis Frischhans de Breitenlandenberg, qui céda la seigneurie à Heinrich Hasfurter (1482). Elle fut ensuite acquise par les familles Tammann (1528) et Kündig (après 1555), par Heinrich Fleckenstein (1618), puis par les Pfyffer von Altishofen (1664/1665). En 1700, par manque d'argent, ces derniers vendirent la seigneurie à la ville de Lucerne qui en rénova les droits. Un conseiller devint seigneur justicier non résident. Profitant de ses droits sur Heidegg, la ville tenta de gagner des droits de souveraineté sur le bailliage de Hitzkirch. Le château de Heidegg fut mis aux enchères en 1849 par le canton pour rembourser les dettes de la guerre du Sonderbund; le bien échut à Josef Heggli de Gelfingen qui le revendit en 1875 à Ludwig Pfyffer. La famille Pfyffer le céda une seconde fois à Lucerne en 1950 afin d'en faire un musée du Seetal (Fondation Pro Heidegg). Le château abrita de 1956 à 1967 le Musée suisse de la chasse. De 1952 à 1998, la cave cantonale exploita sur la colline du château un domaine viticole, passé ensuite en mains privées.

Sources et bibliographie

  • Staatsarchiv Luzern, Lucerne
  • G. Boesch, Schloss Heidegg, 1951
  • Die Kunstdenkmäler des Kantons Luzern, 6, 1963, 82-91
  • D. Ruckstuhl, Ritter im Barock – Fleckensteins Heldenstreiche: Begleitheft zur Sonderausstellung auf Schloss Heidegg, 2001
Liens
Notices d'autorité
GND

Suggestion de citation

Hörsch, Waltraud: "Heidegg", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 17.03.2017, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/007529/2017-03-17/, consulté le 28.10.2020.