de fr it

Cossonaychâtellenie, district

Du XIe s. au début du XVe s., C. fut l'une des seigneuries laïques les plus importantes du Pays de Vaud. Les C. portent le titre de barons. Le ressort de la seigneurie s'étendait à Allens, Bournens, Boussens, Dizy, Gollion, Ittens, La Chaux, Penthalaz, Penthaz, Senarclens et Sullens. Les C. exerçaient également des droits divers sur une dizaine d'autres localités de la région; de plus, de nombreux fiefs nobles sis hors de la baronnie leur devaient hommage. A la mort de Jeanne, dernière héritière des dynastes de C., morte en 1406 sans descendance, les comtes de Savoie revendiquèrent le fief vacant de C. qu'ils contrôlèrent au plus tard dès 1421 et dont ils firent une châtellenie. Berne succéda aux Savoie après 1536 et l'ancienne châtellenie savoyarde releva directement du bailli de Morges. Avec Grancy et Gollion, Lussery et Villars-Lussery, elle forma l'un des sept “départements” civil et militaire du bailliage. La châtellenie et sa cour de justice furent réduites à la ville de C. et au village de Penthalaz. Le district fut créé en 1798 et formé des "départements" de C. et de Montricher, de la baronnie de La Sarraz et de Mex (dans l'ancien bailliage d'Orbe-Echallens). En 1803, il reçut Bettens et Boussens, mais céda La Praz au district d'Orbe. Le district actuel, divisé en quatre cercles (C., L'Isle, La Sarraz et Sullens) compte trente-deux communes depuis 1999; il s'étend des plateaux de la vallée de la Venoge (principal cours d'eau du district, avec le Veyron) aux crêtes du Jura et au Gros-de-Vaud. La ville de C. en est le chef-lieu depuis 1798. Le district comptait un peu plus de 8000 habitants au début du XIXe s. Sa population stagna quasiment de 1850 à 1970 (11 711 hab. en 1850, 12 508 en 1970), mais augmenta fortement à la fin du XXe s. (20 676 en 2000). Vouée traditionnellement aux cultures céréalières (d'où les Grands Moulins de C.) et à l'élevage, la région s'industrialise seulement après l'ouverture de la ligne ferroviaire Jura-Simplon en 1870 (câbleries de C. dès 1898, cimenterie d'Eclépens dès 1953).

Sources et bibliographie

  • Le district de Cossonay, [1984]