de fr it

Sainte-Croixchâtellenie

Seigneurie dès 1317, châtellenie savoyarde de 1407 à 1536, châtellenie du bailliage bernois d'Yverdon de 1536 à 1798. La seigneurie fut fondée par Pierre II de Grandson qui éleva un château sur l'emplacement qui a conservé ce nom. Hugues Ier de Chalon-Arlay, le seigneur voisin, édifia à son tour une forteresse, le Franc Castel, pourvu d'un péage. En 1393, après le procès qui suivit la mort d'Amédée VII, la seigneurie fit partie des biens confisqués par les Savoie à Othon III, seigneur de S. Son fils Guillaume voulut résister; avec l'aide des habitants du bourg, il mena des coups de main dans le nord du Pays de Vaud et dut en contrepartie défendre le château contre les assauts menés par Rodolphe de Gruyère à la tête de troupes financées par les villes vaudoises. Peu après la mort d'Othon III en 1397, le château se rendit. La seigneurie fut réinféodée à Luquin de Saluces. En 1407, elle revint au domaine immédiat du comte et devint châtellenie savoyarde. De 1470 à 1478, elle fut concédée à la régente Yolande de Savoie. Durant les guerres de Bourgogne, on renforça en 1475 les défenses du château; il fut toutefois incendié en 1476 par les Suisses. La seigneurie fut à nouveau châtellenie immédiate de la maison de Savoie de 1478 à 1536. Cette immédiateté donnait au bourg le droit de participer aux Etats de Vaud avec les villes vaudoises. En 1536, après la conquête du Pays de Vaud par Berne, le Franc Castel, enclave dans la châtellenie de S., fut démantelé. Sous le régime bernois, la châtellenie de S. releva du bailliage d'Yverdon. Elle avait deux cours de justice, une à S. dont dépendait Bullet (huit juges de S., quatre de Bullet), l'autre à Vuitebœuf dont dépendait Peney. En 1798, le territoire de la châtellenie fut rattaché au district de Grandson.

Sources et bibliographie

  • D. Tappy, Les Etats de Vaud, 1988, 154, 468-469
  • La Maison de Savoie en Pays de Vaud, cat. expo. Lausanne, 1990, 208-209