de fr it

Thiellechâtellenie

Juridiction administrative, judiciaire et militaire du comté de Neuchâtel, érigée au milieu du XIVe s. Env. 600 hab. vers 1350, 1653 en 1750, 2540 en 1845. La châtellenie comprenait La Coudre, Hauterive (NE), Saint-Blaise, Voëns, Le Maley, Le Vilaret, Cornaux, Thielle, Marin et Epagnier, ainsi que des hameaux disparus au XVe s.: Vigner, La Thiolère, Perruyl, Percheis, La Fontaine-au-Prévôt, Deraise et Le Trembley. Bien que le siège de la justice civile et criminelle fût au château de T., les tribunaux se tenaient à Saint-Blaise. Outre sa charge militaire, le châtelain présidait une cour de douze juges. Il fut péager du pont de T. jusqu'en 1491 et cumula dès le XVIe s. la fonction de receveur des cens et des banalités. Annexée à la châtellenie du Landeron de 1807 à 1814, la châtellenie de T. ne recouvra pas son ressort criminel à la Restauration, transmis à la mairie de Neuchâtel. Elle fut dissoute en 1848.

Sources et bibliographie

  • O. Clottu, «La châtellenie de Thielle, ses familles et leurs origines», in MN, 1942, 75-84, 153-162
  • L. de Dardel, La châtellenie de Thielle, 2 vol., 1959-1960
  • M. Bubloz, «Les fours banaux dans la châtellenie de Thielle du XVIe au XIXe s.», in MN, 1979, 49-71