de fr it

République rauracienne

Première république sœur de la République française, proclamée officiellement le 17 décembre 1792, disparue le 23 mars 1793 avec la réunion du nord de l'évêché de Bâle à la France (Mont-Terrible). Son avènement se nourrit de l'effervescence qui régna dans l'évêché occupé par les bataillons de volontaires français: fuite du prince-évêque François Joseph Sigismond de Roggenbach (27 avril 1792), coup de force dit des Vingt-Quatre (soit vingt-trois anciens députés des Etats et Joseph-Antoine Rengger) qui se proclamèrent "Assemblée nationale" (27 novembre), invitation du général Biron, commandant de l'armée du Rhin, à élire des députés censés se donner des institutions républicaines. La vie de la "République libre et indépendante de la Rauracie" s'organisa autour de trois assemblées, qui furent successivement convoquées. La première (17 décembre 1792 - 8 janvier 1793), dominée par le commandant Odon Nicolas Demars, Jean-Baptiste Joseph Gobel et Rengger, fut déclarée illégale par le ministre des Affaires étrangères. L'élaboration envisagée d'une constitution s'était effacée devant la violence des passions. La deuxième (8 janvier - 16 février) se résume en débats sur l'admission des députés des communes et en luttes partisanes, le rappel de Demars sonnant le glas d'une institution dont le pouvoir avait encore été usurpé par le parti de Rengger. L'assemblée fut dissoute par le général Jean Etienne Philibert Desprez-Crassier, alors que deux députations opposées faisaient de la surenchère auprès de la Convention. La troisième enfin (7 mars), en promettant un territoire administrativement distinct et le respect du culte catholique, parvint, par un scrutin tronqué, à faire voter l'annexion, enregistrée comme le "vœu librement émis par le peuple souverain du pays de Porrentruy".

Sources et bibliographie

  • G. Gautherot, La Révolution française dans l'ancien évêché de Bâle, 2, 1908
  • J.-R. Suratteau, Le Département du Mont-Terrible sous le régime du Directoire, 1964, 33-38
  • Ph. Froidevaux, «Le destin de l'évêché de Bâle», in 1798-1998 Mulhouse, 1997, 119-123