de fr it

Falkenstein

Sankt Wolfgang et le château de Neu-Falkenstein vers 1825. Dessin au crayon d'Anton Winterlin (Kunstmuseum Basel, Kupferstichkabinett).
Sankt Wolfgang et le château de Neu-Falkenstein vers 1825. Dessin au crayon d'Anton Winterlin (Kunstmuseum Basel, Kupferstichkabinett).

Ancienne seigneurie, organisée en bailliage jusqu'en 1798, comprenant l'actuel district de Thal et le bailliage, dit extérieur (Äusseres Amt), de F. dans le district de Gäu, qui englobait les villages d'Egerkingen, Härkingen et Neuendorf. Le nom apparaît pour la première fois en 1145, avec Welf et Urich von F., qui étaient apparentés aux barons de Bechburg. Au Moyen Age, les châteaux forts d'Alt-Falkenstein et de Neu-Falkenstein étaient des fiefs des évêques de Bâle. Les deux étaient situés à des endroits stratégiques, chacun sur un éperon rocheux difficilement accessible de trois côtés. Le bailliage s'étendait à l'intérieur des frontières de l'ancien landgraviat de Buchsgau. Soleure fut investi des droits comtaux par l'évêque de Bâle en 1427, alors que Berne et Soleure conservèrent l'exercice commun de la souveraineté sur le bailliage extérieur jusqu'en 1463. Les droits fonciers seigneuriaux passèrent eux aussi à la ville de Soleure à divers moments durant le XVe s. Le château de Neu-Falkenstein, près de Sankt Wolfgang, servait de résidence administrative au bailli. Celui d'Alt-Falkenstein à Klus, entre Oensingen et Balsthal, était le siège de l'un des trois greffes baillivaux du canton de Soleure.

Sources et bibliographie

  • B. Amiet, «Solothurnische Territorialpolitik 1344-1532», in JbSolG, 1, 1928, 1-211; 2, 1928, 1-72
  • H. Sigrist, «Die Freiherren und Grafen von Bechburg/Falkensten und ihre Burgen», in JbSolG, 65, 1992, 107-126