de fr it

Glanzenberg

Château fort et petite ville abandonnée, comm. d'Unterengstringen ZH, dans un ancien bras de la Limmat, mentionnés en 1257, édifiés par les barons de Regensberg. 1259 oppidum Glanzenberg, situm prope castrum eiusdem nominis. Les ruines de G., sur une moraine frontale en contrebas du couvent de Fahr, se trouvent peut-être à l'emplacement d'une ancienne fortification en bois des seigneurs de Fahr, ministériaux des Regensberg. Il ne reste du château fort qu'un double fossé et une partie de l'enceinte polygonale faite de blocs erratiques (mur mégalithique), qui entouraient la terrasse où se trouvait la tour habitable. La colline où se dressait G. a été en grande partie érodée par les affouillements. La petite ville de G., d'une surface de 180 x 45-110 m. était située 300 m. à l'ouest, dans une auge glaciaire de la Limmat. Des restes de son enceinte, ne dépassant en partie pas le fossé de fondation, existent encore et, dans le terrain, côté campagne, on identifie à peine la trace d'un fossé-douve. Des bâtiments en bois et quelques-uns en pierre s'appuyaient sur l'enceinte, au sud, à l'est et au nord. La ville ne fut jamais achevée, mais partiellement habitée jusqu'au XIVe s. Aucune preuve n'atteste d'une destruction violente qui aurait eu lieu au cours de la très controversée guerre privée des Regensberg.

Sources et bibliographie

  • W. Drack, Glanzenberg, 1983 (21984)
  • MAH ZH, 9, 1997, 329-337
Liens
Notices d'autorité
GND