de fr it

Oberhalbstein

Vallée (communauté de vallée), cercle GR jusqu'en 1990, distr. de l'Albula, dont l'altitude varie de 1000 à 3400 m et qui comprend le bassin-versant alimentant la Julia en amont de Conterser Stein (rom. Crap Ses). La partie inférieure de la vallée, le Sotgôt ("Sous-la-forêt"), inclut Cunter, Savognin et Tinizong sur le versant est de la Julia et le long de la route, Salouf et Riom-Parsonz sur le versant ouest. Dans la partie supérieure, le Surgôt, située au-dessus de la forêt de Tinzen, les villages de Rona, Mulegns et Bivio s'étirent le long de la route; celui de Sur est perché sur le versant est; quant à Marmorera, création récente, il surplombe le lac de retenue du même nom. 1258 Suprasaxo, 1359 Oberhalb dem Stain, rom. Surses (également nom du cercle depuis 1990). 2001 hab. en 1643, 2675 en 1850, 2321 en 1900, 2787 en 1950, 2360 en 2000.

Un aspect du paysage de Sotgôt ("Sous-la-forêt"), saisi par le peintre saint-gallois Ivan Edwin Hugentobler vers 1917, huile sur toile (Fundaziun Capauliana, Coire).
Un aspect du paysage de Sotgôt ("Sous-la-forêt"), saisi par le peintre saint-gallois Ivan Edwin Hugentobler vers 1917, huile sur toile (Fundaziun Capauliana, Coire). […]

Quatre établissements de l'âge du Bronze ont été repérés dans la vallée, où l'on a aussi extrait et fondu du cuivre. L'Itinéraire d'Antonin signale la voie romaine traversant O. et comportant Tinnetione (Tinizong) comme étape. L'accès par le nord se faisait sur la rive gauche de la Julia, en passant devant le relais aux chevaux (mutatio) de Riom. Le Julier était praticable pour les chariots à deux roues; un sanctuaire romain existait au sommet du col. A celui du Septimer, des traces d'habitat romain précoce attestent que ce passage était lui aussi emprunté. Le Polyptyque rhétique mentionne vers 840 une taverne (taberna) à Marmorera, un logis à cheval (stabulum) à Bivio, l'église et le village de Riom de même que Tinizong. Riom et son château fort (milieu du XIIIe s.) étaient le centre de territoires appartenant au fisc impérial qui, en 1258, passèrent des seigneurs de Wangen-Burgeis à l'évêque de Coire. Ce dernier exerça jusqu'au XIVe s. la souveraineté territoriale sur l'ensemble d'O.; il nommait les baillis et les ammans pour les haute et basse justices. Les ministériaux indigènes les plus importants furent les seigneurs de Marmels qui résidaient au château du même nom, près de Marmorera. Installés aux XIIIe et XIVe s. principalement sur les hauteurs par le couvent de Saint-Lucius à Coire et par des vassaux de l'évêque, les Walser s'intégrèrent à la population romane. Quatre anciennes églises paroissiales se trouvaient à Salouf, Riom, Tinizong et Bivio. La Réforme ne toucha qu'une partie de Bivio qui entretenait des relations intenses avec le val Bregaglia, Avers et l'Engadine. Dès la Contre-Réforme, la pastorale dans le reste de la vallée fut confiée aux capucins, qui favorisèrent la construction de toute une série d'églises baroques. En 1367, les gens de la vallée rejoignirent la Ligue de la Maison-Dieu. Bivio et Marmorera disposèrent dès la fin du XVe s. d'une basse juridiction autonome et ne dépendaient du bailli de Riom que pour les affaires criminelles. Associés à Avers, ils constituèrent la juridiction de Stalla-Avers, distincte de celle de O., laquelle, réunie à Tiefencastel, constitua une haute juridiction. La vallée racheta sa souveraineté à l'évêque en 1552.

L'élevage du gros bétail fut la principale source de revenus, complétée dans la partie inférieure de la vallée par une production céréalière destinée à l'autoconsommation. Des conflits portant sur les droits d'exploitation et de souveraineté dans le vallon latéral de Nandro durèrent jusqu'au XXe s. La reconstruction de l'hospice vers 1100 et la voie carrossable aménagée à la fin du XIVe s., utilisée durant plusieurs décennies, favorisèrent le commerce de transit par le Septimer, dont le franchissement était contrôlé par les consortages de transporteurs (Porten) de Tinizong (O. dès 1706) et de Bivio. Cette haute route perdit de son importance après 1473 lorsque la Viamala menant vers le Splügen et le San Bernardino fut améliorée. O. connut une modeste activité minière (extraction de fer notamment) qui persista jusqu'au XIXe s. La route du Julier fut aménagée entre 1820 et 1826, entre 1834 et 1840 pour l'ultime tronçon septentrional. Les deux communes d'O. et de Stalla furent réunies en 1851 dans le cercle d'O., ce qui permit de faire coïncider les limites politiques et géographiques. Le chemin de fer de l'Albula provoqua en 1903 un recul du transit; ce dernier connut cependant un nouvel essor dans les années 1930 avec l'apparition de l'automobile et la construction de la route carrossable du Julier. En 1945, on s'attaqua à la réalisation des installations hydroélectriques de la Julia et du barrage de Marmorera. Le tourisme hivernal se développa vers 1960 à Bivio et Savognin, centre actuel de la vallée. En 2000, 55% de la population parlaient le romanche, 38% l'allemand et 6% l'italien.

Sources et bibliographie

  • MAH GR, 3, 1940, 225-314
  • L. Schmid, Graubünden: Geschichte seiner Kreise, 1971, 152-153
  • A. Planta, Verkehrswege im alten Rätien, 2, 1986, 97-153
Liens
Autres liens
e-LIR
Notices d'autorité
GND
En bref
Endonyme(s)/Exonyme(s)
Oberhalbstein (allemand)
Surses (romanche)