de fr it

Schanfigg

Communauté de vallée (Talschaft) GR et cercle dans le distr. de la Plessur. Région sujette aux glissements de terrain, la vallée comprend le bassin de la Plessur depuis Sassal, aux confins de la ville de Coire, jusqu'aux sources, avec pour limites les crêtes du Hochwang, de la Weissfluh et du Rothorn. Les villages se trouvent tous, à l'exception de Molinis, sur des terrasses dominant le fond de la vallée. Dans les zones aval et médiane, l'habitat se présente en villages groupés, alors que l'amont de la vallée est caractérisé par des fermes isolées. Sur le plan politique, Praden et Tschiertschen, sur le versant gauche, escarpé, font partie depuis 1851 du cercle de Churwalden, tandis qu'au cercle du Schanfigg sont rattachés Arosa, à l'arrière de la vallée (jusqu'en 1851 dans le cercle de Davos), et sur le versant droit Langwies, Peist, Molinis, Sankt Peter, Pagig, Castiel, Lüen, Calfreisen et Maladers. 765 in Scanavico (d'après une copie du testament de Tello), rom. Scanvetg. Actuel cercle de S.: 1129 hab. en 1803, 1477 en 1850, 2382 en 1900, 4217 en 1950, 4415 en 2000.

Des vestiges d'habitats préhistoriques près de Maladers et de Castiel sont peut-être à mettre en relation avec une voie menant dans la vallée de la Landwasser par le col de la Strela. Une tombe de l'Antiquité tardive a été découverte près de Calfreisen. Les terres de la moyenne vallée étaient déjà mises en valeur au XIe s., ainsi qu'en témoigne la charte de fondation de l'église de Lüen, de 1084, selon laquelle les hommes libres de langue romanche dotèrent leur église et l'offrirent à l'évêque de Coire. Le document laisse supposer la pratique d'une agriculture diversifiée (chanvre), de cultures fruitières et de l'élevage de moutons. La partie arrière de la vallée fut colonisée dès 1273, d'abord à partir de Peist, sur l'initiative du chapitre cathédral et de l'abbaye Saint-Lucius de Coire. Des Walser germanophones s'établirent dans la vallée vers 1300, à Sapün, Fondei, Arosa et Langwies, d'où ils colonisèrent également Praden. Tschiertschen, plutôt tourné vers Churwalden, bilingue, était placé sous l'autorité du seigneur justicier et foncier local. A Maladers, la haute justice resta aux mains de la cour baillivale de Coire jusqu'au bas Moyen Age. Les Vaz détinrent de fait la seigneurie territoriale jusqu'en 1338 en qualité de vassaux de l'évêque; les Werdenberg leur succédèrent, puis les Toggenbourg en 1363, les Montfort en 1437, les Matsch après 1471 et l'Autriche en 1479. Parmi les principaux propriétaires fonciers de la vallée figurent les couvents de Pfäfers, Churwalden, Saint-Lucius et Saint-Nicolas à Coire, de même que l'évêque et le chapitre cathédral de Coire. A ceux-ci s'ajoutaient encore les seigneurs des nombreux châteaux forts et tours établis principalement sur le versant droit de la vallée. L'ancienne église du S., à Sankt Peter, est mentionnée en 831 déjà; plus tard furent créées les trois paroisses de Sankt Peter, Castiel et Langwies. La Réforme fut introduite vers 1530, mais ne fut adoptée à Tschiertschen qu'après 1550, à Maladers après 1635 seulement. La juridiction de Sankt Peter (dite aussi Ausserschanfigg) naquit de la réunion des communautés de voisinage placées sous la même juridiction criminelle. Elle fit partie en 1436 des fondateurs de la Ligue des Dix-Juridictions, tout comme celle de Langwies, formée vers 1400 par la réunion des colons germanophones du S. intérieur (sans Arosa, mais Praden compris). Ces deux juridictions constituèrent ensemble la haute juridiction du S. Contrairement à l'Ausserschanfigg, alors encore rhéto-romanche, Langwies avait sa propre basse justice et élisait son amman. Les droits seigneuriaux furent rachetés en 1652, les droits féodaux épiscopaux en 1657. Pendant les Troubles des Grisons, en 1622, tous les villages de Maladers à Peist furent incendiés. La vallée tirait l'essentiel de ses revenus de l'élevage et de l'agriculture. La construction de la route de Coire à Langwies (1875-1891) et du chemin de fer (1914) donna une impulsion spectaculaire au développement touristique d'Arosa (56 hab. en 1850, 3466 en 1930). Tschiertschen, Langwies et Sankt Peter se sont également orientés vers le tourisme, alors que dans les autres communes, le secteur tertiaire, en 2000, n'avait pas encore rattrapé le secteur primaire. Maladers est au début du XXIe s. une commune de l'agglomération de Coire.

Sources et bibliographie

  • MAH GR, 2, 1937
  • F. Pieth, «Aus der Geschichte des Tales Schanfigg», in JHGG, 81, 1951, 97-125
  • Terra Grischuna, 2011, n° 1
Liens
Autres liens
e-LIR
Notices d'autorité
GND