de fr it

Géronde

Colline vinicole et couvent, comm. de Sierre VS, située au sud de la ville. All. Gerunden. Il reste sur son flanc est quelques ruines d'un château du haut Moyen Age et les murs d'une chapelle carolingienne dédiée à saint Félix. Le couvent de G. se trouve à l'ouest, sur l'emplacement d'une première église remontant au Ve ou VIe s., d'abord centre du culte paroissial. Il a vu se succéder divers ordres religieux ou institutions. Aux chanoines réguliers de Saint-Augustin, dépendant de l'abbaye d'Abondance aux XIIIe et XIVe s., ont succédé les chartreux depuis 1331, puis les carmes de 1425 à 1644 et les jésuites au XVIIe s. G. abrita le séminaire diocésain de 1748 à 1780, des prêtres français réfugiés à l'époque de la Terreur, des trappistes d'Augustin de Lestrange en 1804-1806 et à nouveau le séminaire diocésain, pour la dernière année d'études, en 1808-1817. Des trappistes y trouvèrent une nouvelle fois refuge en 1831-1834 ainsi que des dominicains victimes de l'anticléralisme français après 1870. Par suite d'une entente avec l'Etat du Valais, G. devint un institut pour sourds-muets entre 1893 et 1929. Enfin, en 1935 les bernardines de Collombey essaimèrent à G. pour y mener la vie monastique. Leur vie silencieuse de prière et de travail explique leur estime et leur rayonnement dans la région.

Sources et bibliographie

  • HS, III/3, 985-995, 1071-1072; VI, 1137-1169
  • F.-O. Dubuis, «L'église de Géronde (Sierre)», in Vallesia, 32, 1977, 307-392
  • P. Braun, «Bellevaux: ein Trappistenkonvent im Freiburger und Walliser Exil», in FGB, 37, 1986, 223-241
  • F. Huot, «Le destin religieux de la colline de Géronde», in Ann. val., 2003, 113-128

Suggestion de citation

Huot, François: "Géronde", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 14.11.2005. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/008222/2005-11-14/, consulté le 06.12.2020.