de fr it

Vénétie et Istrie

Sous le règne d'Auguste, la péninsule italique fut divisée en onze régions. La dixième (regio X) reçut le nom de Venetia et Histria. Ces régions servaient probablement au recensement fiscal (census) et à l'enregistrement de l'ager publicus (propriété de l'Etat), mais n'avaient pas de fonction permanente dans l'administration du Haut-Empire. Pline l'Ancien en donne une description détaillée dans son Histoire naturelle (III, 126-132). Avec la réorganisation de l'Italie sous Dioclétien et Constantin, une province appelée V. fut créée et placée sous l'autorité d'un gouverneur (corrector); elle faisait partie du diocèse d'Italie (Laterculus Veronensis, fol. 246r, 9-10). Les témoignages épigraphiques permettent d'attribuer à cette province tardive Brixia (Brescia), Vérone, Patavium (Padoue), Concordia et Aquileia (Aquilée), mais aucune partie de l'actuel territoire suisse, contrairement à ce qui était admis autrefois (le transfert de l'évêché de Côme, qui comprenait une partie du Tessin, de l'archidiocèse de Milan au patriarcat d'Aquilée n'eut lieu qu'en 608/609). La frontière occidentale suivait peut-être le cours de l'Adda (Paul Diacre, Histoire des Lombards, II, 14), et la frontière méridionale l'ancienne limite de la regio X.

Sources et bibliographie

  • R. Thomsen, The Italic Regions from Augustus to the Lombard Invasion, 1947
  • F. Staehelin, Die Schweiz in römischer Zeit, 31948, 271, note 6
  • A. Chastagnol, «L'administration du diocèse italien au Bas-Empire», in Historia, 12, 1963, 348-379
  • T.D. Barnes, The New Empire of Diocletian and Constantine, 1982