de fr it

Gerenstein

Ruine d'un château fort médiéval dans la comm. de Bolligen BE (1146 Gerenstain), siège des barons de G., construit aux XIe/XIIe s., d'abord en bois, puis en pierre, sur une arête rocheuse dominant l'ancienne voie de communication entre Berne (vallée de l'Aar) et Berthoud (vers l'Argovie). Le centre de la seigneurie, dont l'étendue reste inconnue, était Bolligen ou peut-être le Worblental. Après l'extinction des G. au début du XIIIe s., le château et la seigneurie connurent différents maîtres (entre autres les Affoltern, les vom Stein, les Belp-Montagny, les couvents d'Interlaken et de Thorberg). A la suite de sa victoire sur Fribourg et ses alliés à Oberwangen en 1298, Berne détruisit dans son voisinage toutes les places fortes ennemies, dont Belp et G., qui appartenaient toutes deux aux seigneurs de Montagny. La ruine passa par héritage, avec Bolligen, entre les mains de plusieurs familles nobles; léguée à la chartreuse de Thorberg en 1424, elle devint propriété de Berne lors de la sécularisation de 1528. Au pied du château se trouvait un domaine qui, agrandi au XVIIe s. (travaux de défrichement), donna naissance à un hameau. Restauré en 1975-1976, le site de G. (où l'on voit aussi les vestiges d'une ancienne grosse tour ronde savoyarde), est aujourd'hui un lieu d'excursion très prisé.

Sources et bibliographie

  • K.L. Schmalz, Bolligen, 1982, 345-350

Suggestion de citation

Dubler, Anne-Marie: "Gerenstein", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 04.11.2005, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/008466/2005-11-04/, consulté le 24.11.2020.