de fr it

Grasswil

Village de la comm. et paroisse de Seeberg BE, composé de deux noyaux d'habitat et de plusieurs hameaux et domaines. Jusqu'à la centralisation des communes (1991), G. comprenait les communes locales (Ortsgemeinden) d'Obergrasswil et de Niedergrasswil. 1070 Craolteswile. 417 hab. en 1764, 869 en 1850, 675 en 2000. Aux XIIIe et XIVe s., les comtes de Kibourg furent les seigneurs fonciers et justiciers de ces deux villages qui pratiquaient alors l'assolement triennal. Niedergrasswil avec taverne, gibet et pilori, était le siège de la basse justice de G. (avec Obergrasswil, Seeberg, Riedtwil, alors que Juchten-Loch dépendait de la juridiction de Bollodingen). Il était aussi l'un des lieux de justice (Landstuhl) de la juridiction de Murgenthal, qui passa des Kibourg à Berne en 1406 et fut rattachée au bailliage de Wangen. La basse justice de G. fut vendue en 1370 à des bourgeois (les Junker, les Matter), qui la cédèrent à la ville de Berthoud en 1395. Berthoud regroupa les basses justices de G., Oberösch, Niederösch (avec Rumendingen, Bickigen), Heimiswil et Inkwil (celle-ci de 1402 à 1720) en une circonscription administrative, le "bailliage de G.". Un sénateur de Berthoud exerçait en alternance la fonction de "bailli de G."; il était assisté du greffier du Burgernziel (ressort de Berthoud) et de l'huissier local. Aux XVIIe et XVIIIe s., le bailliage de Wangen et la ville de Berthoud connurent des conflits de compétences qui tournèrent généralement au détriment de cette dernière. Obergrasswil et Niedergrasswil eurent des pâturages communs avec Seeberg dans le Steinenberg à partir de 1540, ainsi qu'avec des villages soleurois. A Obergrasswil, localité essentiellement paysanne, les laboureurs et les Tauner s'opposèrent sur la question des communaux, qui furent en partie partagés en 1663. Niedergrasswil est le siège de l'école de G. depuis 1794 et celui de l'administration communale de Seeberg depuis 1991. Parmi les activités artisanales, G. fut connu pour sa fabrication de poêles jusque dans le courant du XXe s. Une fabrique de liqueurs fut exploitée de 1890 à 1973. De nouveaux quartiers se sont élevés dans cette localité agricole et artisanale, à Brüschrain, ainsi qu'à Regenhalden, où habitaient jadis les Tauner.

Sources et bibliographie

  • K.H. Flatt, Die Errichtung der bernischen Landeshoheit über den Oberaargau, 1969
  • A.-M. Dubler, «Die Herrschaften der Stadt Burgdorf im Oberaargau», in Jahrbuch des Oberaargaus, 1996, 105-130