de fr it

Bibersteinbailliage

Le château et ses environs, peint à l'aquarelle en 1699 par Albrecht Kauw sur une esquisse d'Abraham Dünz (Musée d'Histoire de Berne) © Photographie Stefan Rebsamen.
Le château et ses environs, peint à l'aquarelle en 1699 par Albrecht Kauw sur une esquisse d'Abraham Dünz (Musée d'Histoire de Berne) © Photographie Stefan Rebsamen. […]

En 1499, lors de la guerre de Souabe, les Bernois occupèrent le château fort de B. pour renforcer leur frontière septentrionale. A la Réforme (1527), ils y installèrent un bailli et s'emparèrent illégalement de la petite seigneurie, qui comprenait Erlinsbach, Küttigen et B. Cette affaire occupa la Diète dès 1528. Les chevaliers de Saint-Jean, anciens propriétaires, ne purent faire autrement que de vendre la seigneurie à Berne en 1535. De 1537 à 1798, cinquante-et-un patriciens gouvernèrent, avec l'assistance d'un lieutenant issu de la population locale, le bailliage de B., l'un des plus petits de l'Etat de Berne: il n'offrait que les revenus de trois villages aux terres médiocres, ce qui incitait les baillis à solliciter au plus vite une charge plus rémunératrice. La vigne était cultivée sur des coteaux exposés au sud. L'apport de chars et de hottes de fumier dans les vignes du bailli est attesté dès le XVe s. Le domaine du château comprenait un terrain d'estivage, le Senn-Schachen. Il y eut aux XVIIe et XVIIIe s. une émigration notable, en particulier vers la plaine du Rhin. Le château fort, transformé en manoir au XVIe s. (auj. foyer pour handicapés), passa en 1798, avec son domaine, au canton d'Argovie (distr. d'Aarau), de même que les trois communes du bailliage.

Sources et bibliographie

  • E. Bucher, «Die bernischen Landvogteien im Aargau», in Argovia, 56, 1944, 1-191