de fr it

Cadets

Des corps de cadets furent fondés, à l'imitation de l'étranger, dans plusieurs villes alémaniques dès la fin du XVIIIe siècle, puis en Suisse romande, notamment dans le canton de Vaud, dès le début du XIXe siècle et au Tessin dès les années 1850. On en comptait plus de 150 en 1874, créés surtout après 1830 et, pour plus d'une centaine, après 1848, grâce aux subventions allouées par l'Etat fédéral pour l'armement. Le patriotisme des initiateurs locaux et les guerres dans les pays voisins servirent de toile de fond à cet essor. Les unités de cadets étaient formées de garçons de 10 à 15 ans, dont certains adhéraient librement, d'autres en vertu d'obligations scolaires. Elles se consacraient essentiellement à l'instruction militaire (tir, drill, manœuvres), sous la direction d'officiers. Les cadets défilaient lors de fêtes de jeunesse et d'autres festivités. A cet effet, certains corps possédaient une section de musique.

Fête de la jeunesse à Aarau, camp des cadets, le 26 juillet 1836. Lithographie de Kaspar Belliger (Staatsarchiv Aargau, Aarau, Grafische Sammlung; photographie Bibliothèque de Genève, Archives A. & G. Zimmermann).
Fête de la jeunesse à Aarau, camp des cadets, le 26 juillet 1836. Lithographie de Kaspar Belliger (Staatsarchiv Aargau, Aarau, Grafische Sammlung; photographie Bibliothèque de Genève, Archives A. & G. Zimmermann).

A partir du milieu du XIXe siècle, des sociétés de gymnastique introduisirent des cours de préparation à l'armée. Subissant cette concurrence, les corps de cadets virent en outre leurs effectifs décliner régulièrement quand la Confédération eut rendu obligatoire, par l'Organisation militaire de 1874, la gymnastique à l'école, pour les garçons, à titre de préparation militaire (instruction militaire préparatoire). Dès la fin du XIXe siècle et surtout après la Première Guerre mondiale, la gauche critiqua la militarisation des cadets. Dans l'entre-deux-guerres, la plupart de leurs corps se tournèrent vers des activités non plus militaires, mais sportives, ou furent dissous. Ceux qui subsistaient créèrent une association fédérale en 1936. Avec la loi fédérale de 1972 sur la gymnastique et les sports, les corps de cadets qui pratiquaient encore la préparation militaire se virent retirer le soutien de l'Etat dans ce domaine. Dans le canton d'Argovie, où se trouvaient la plupart de ceux qui continuaient cette tradition, ils furent dissous. Dans les cantons de Berne, Zurich, Schaffhouse, Fribourg et Vaud, ils se vouèrent aux sports scolaires et admirent aussi les filles.

Manœuvres des cadets à Hérisau. Extrait d'un reportage filmé de la fête de la jeunesse (aujourd'hui fête des enfants) de Hérisau, le 2 juillet 1923. Film muet en 35 mm de Willy Leuzinger (Cinémathèque suisse, Collection Cinema Leuzinger, cote 8; copie de consultation Memobase ID CS-01_1).
Manœuvres des cadets à Hérisau. Extrait d'un reportage filmé de la fête de la jeunesse (aujourd'hui fête des enfants) de Hérisau, le 2 juillet 1923. Film muet en 35 mm de Willy Leuzinger (Cinémathèque suisse, Collection Cinema Leuzinger, cote 8; copie de consultation Memobase ID CS-01_1). […]

Sources et bibliographie

  • 50 Jahre Eidgenössischer Kadettenverband. Jubiläumsschrift, 1986.
  • Burgener, Louis: «Kadetten in der Schweiz», in: Allgemeine Schweizerische Militärzeitschrift, 152, 1986, no 10, supplément, pp. 1-8.
  • Clément, Yves: Les Cadets de Vevey. Un patrimoine social et culturel plus que centenaire, 2001.

Suggestion de citation

Lüthi, Christian: "Cadets", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 11.01.2021, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/008700/2021-01-11/, consulté le 20.01.2021.