de fr it

MargueriteEvard

6.6.1880 au Locle, 15.8.1950 au Locle, prot., de Chézard-Saint-Martin. Fille de Georges Emile Alexandre et de Louise Fanny Droz-dit-Busset. Célibataire. Etudiante de Philippe Godet, E. est la première licenciée ès lettres de l'université de Neuchâtel; thèse en psychologie expérimentale (1914). Elle enseigne de 1906 à 1935, notamment à l'école de commerce et à la section pédagogique du Locle (français, latin, économie domestique). Elle est dès 1906 présidente de l'Union féministe du Locle. Membre, puis vice-présidente de la Commission d'éducation nationale de l'Alliance de sociétés féminines suisses où elle développe l'éducation civique et la formation maternelle (1928). Elle inaugure les causeries éducatives à la radio lausannoise, organise des journées sur l'éducation à Neuchâtel et Lausanne et publie de nombreuses contributions dans le Bulletin de Pro Juventute et l'Annuaire de l'Instruction publique en Suisse.

Sources et bibliographie

  • L'adolescente, 1914
  • La femme suisse éducatrice, 1928
  • Die Tat, 1.9.1950
  • A.-M. Käppeli, «Mütterlichkeit als Beruf», in Verflixt und zugenäht, éd. M.-L. Barben, E. Ryter, 1988, 111-119
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 6.6.1880 ✝︎ 15.8.1950

Suggestion de citation

Käppeli, Anne-Marie: "Evard, Marguerite", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 27.03.2006. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/009293/2006-03-27/, consulté le 04.12.2020.