de fr it

ElisabethVischer-Alioth

Portrait d'Elisabeth Vischer-Alioth à l'occasion de ses 70 ans. Photographie de Hans Bertolf, 1962 (Staatsarchiv Basel-Stadt, BSL 1013 2-1919 1).
Portrait d'Elisabeth Vischer-Alioth à l'occasion de ses 70 ans. Photographie de Hans Bertolf, 1962 (Staatsarchiv Basel-Stadt, BSL 1013 2-1919 1).

7.9.1892 à Arlesheim, 20.8.1963 à Bâle, protestante, de Bâle. Fille de Ludwig Rudolf Alioth, entrepreneur, et de Berta née Speyr. 1919 Eberhard Vischer, greffier à la cour d'appel de Bâle, fils d'Eberhard Vischer. Belle-sœur de Wilhelm Vischer. Après avoir fréquenté des écoles privées à Bâle et à Genève, Elisabeth Alioth suivit les cours de l'école sociale pour femmes de Berlin (1913-1914). Pendant la Première Guerre mondiale, elle travailla dans la commission d'assistance du canton de Bâle-Ville pour les familles dans le besoin et, de 1915 à 1918, dirigea le secrétariat de district de Pro Juventute Bâle-Ville. De 1916 à 1919, elle fut secrétaire de l'école de musique et du conservatoire de Bâle.

En 1916, elle participa à la création de l'Association pour le suffrage féminin de Bâle et environs (membre du comité directeur dès 1920, présidente 1922-1935) et, en 1918, à celle du Centre de liaison des associations féminines de Bâle. De 1929 à 1936, elle siégea au comité directeur de l'Association suisse pour le suffrage féminin, qu'elle présida de 1940 à 1952. Au sein de l'Alliance de sociétés féminines suisses, elle fut secrétaire (1923-1926), membre du comité directeur (1949-1957), de la commission législative et des assurances (jusqu'en 1953), et du comité de rédaction du service de presse (jusqu'en 1963). Pendant la Deuxième Guerre mondiale, Elisabeth Vischer-Alioth œuvra dans la commission féminine pour les questions économiques de Bâle-Ville. En 1946, elle fit partie du comité d'organisation du 14e congrès de l'Alliance internationale des femmes (AIF) à Interlaken, puis fut secrétaire honoraire de l'AIF (1946-1952). Après 1920, la presse suisse publia régulièrement ses articles, signés de ses initiales EVA, sur l'égalité politique (suffrage féminin) et autres questions relatives à la condition féminine (mouvement des femmes). Entre 1935 et 1951, elle fit plusieurs tournées de conférences sur ces thématiques et donna des cours sur la gestion des associations, afin de préparer les femmes à participer au débat politique. Elle fut déléguée du synode à l'Union chrétienne de jeunes filles (UCJF), cofondatrice de l'Union européenne féminine (1955, regroupant des catholiques et des protestantes) et du groupe féminin de l'Union des électeurs évangéliques, qu'elle présida. En 1955, Elisabeth Vischer-Alioth fut la première femme nommée à la commission des naturalisations de la commune bourgeoise de Bâle. En 1961, elle fut élue, avec douze autres femmes, au législatif de la commune bourgeoise, dont elle ouvrit la nouvelle législature en sa qualité de doyenne.

Sources et bibliographie

  • Basler Nachrichten, 21.8.1963 (nécrologie).
  • National-Zeitung, 21.8.1963 (nécrologie).
  • Femmes Suisses, 21.9.1963 (nécrologie).
  • Ruckstuhl, Lotti: Frauen sprengen Fesseln. Hindernislauf zum Frauenstimmrecht in der Schweiz, 1986, p. 46.
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Variante(s)
Elisabeth Alioth (nom de naissance)
Elisabeth Vischer (nom de mariage)
Dates biographiques ∗︎ 7.9.1892 ✝︎ 20.8.1963

Suggestion de citation

Yvonne Voegeli: "Vischer-Alioth, Elisabeth", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 19.02.2021, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/009404/2021-02-19/, consulté le 05.07.2022.