de fr it

ElseZüblin-Spiller

Portraits photographiques d’Else Züblin-Spiller en tant que jeune femme (vers 1900, à gauche) et vers 1940 (Archiv Gosteli-Foundation, Worblaufen, 180 : 428 : 605-02 et -07).
Portraits photographiques d’Else Züblin-Spiller en tant que jeune femme (vers 1900, à gauche) et vers 1940 (Archiv Gosteli-Foundation, Worblaufen, 180 : 428 : 605-02 et -07).

1.10.1881 à Seen, 11.4.1948 à Kilchberg (ZH), protestante, de Mogelsberg. Fille de Johann Jakob Spiller, monteur, et de Maria Ursula née Peter. 1920 Ernst Züblin, médecin. Issue de la petite bourgeoisie, sans véritable formation, Else Spiller travailla dès 1898 comme employée d'hôtel et de bureau, ainsi que dans le journalisme. En 1911, elle fut engagée à plein temps à la rédaction de la Schweizerische Wochenzeitung. Elle fut en outre rédactrice de la Schweizer Hauszeitung et dirigea le service de presse de l'Armée du Salut.

Else Spiller en tournée d’inspection aux Près du Largin (Bonfol), où commençait le front franco-allemand, avec le colonel Markus Feldmann, chef du personnel de la section de l’Etat-major général. Photographie sur verre (13 x 18 cm), prise entre 1914 et 1918 (Archives fédérales suisses, Berne, CH-BAR#E27#1000/721#14095#2143*; Wikimedia).
Else Spiller en tournée d’inspection aux Près du Largin (Bonfol), où commençait le front franco-allemand, avec le colonel Markus Feldmann, chef du personnel de la section de l’Etat-major général. Photographie sur verre (13 x 18 cm), prise entre 1914 et 1918 (Archives fédérales suisses, Berne, CH-BAR#E27#1000/721#14095#2143*; Wikimedia).

Mandatée par le Gemeinnütziger Verein für alkoholfreie Verpflegung der Truppen (nourriture saine et abstinence pour les soldats) et appuyée par les autorités fédérales, Else Spiller créa le Schweizer Verband Soldatenwohl en automne 1914. Elle fonda dans le Jura les premiers foyers du soldat, une alternative aux auberges, à prix raisonnable et sans alcool. Très vite, de nombreux foyers virent le jour dans toute la Suisse. En 1916, elle instaura l'assistance aux soldats avec des fonds tirés du Don national féminin. Sous la nouvelle appellation de Schweizer Verband Volksdienst (SV-Service), l'institution élargit son domaine d'activité et prit en charge la gestion de cantines et d'institutions de bienfaisance pour ouvriers (1920).

Else Züblin-Spiller chez elle à Kilchberg (ZH). Photographie, vers 1920 (Archiv Gosteli-Foundation, Worblaufen).
Else Züblin-Spiller chez elle à Kilchberg (ZH). Photographie, vers 1920 (Archiv Gosteli-Foundation, Worblaufen).

Grâce au talent d'organisatrice d'Else Züblin-Spiller, présidente de la commission de gestion (1920-1939), puis présidente de l'institution jusqu'à sa mort, l'œuvre d'entraide se mua en une grande entreprise (SV Group SA dès 1999). En 1919, Else Züblin-Spiller la représenta au sein de la commission d'experts pour une assurance vieillesse. Elle s'investit aussi dans le mouvement des femmes, collabora à la Saffa de 1928 et dirigea la coopérative du Schweizer Frauenblatt (dès 1939). Co-initiatrice en 1938 du Service complémentaire féminin (SCF), elle fut la première présidente de celui-ci et membre de sa commission jusqu'en 1941. Else Züblin-Spiller reçut le prix Binet-Fendt en 1936 et le doctorat honoris causa de l'Université de Zurich en 1941.

Sources et bibliographie

  • Oswald, Suzanne: Else Züblin-Spiller, 1968, pp. 568-572.
  • Schnyder, Moia: Zwei Pionierinnen der Volksgesundheit. Susanna Orelli-Rinderknecht, 1845-1939; Else Züblin-Spiller, 1881-1948, 1973, pp. 51-93 (Schweizer Pioniere der Wirtschaft und Technik, 26).
  • Jaeckle, Erwin; Stäuble, Eduard (éd.): Grosse Schweizer und Schweizerinnen. Erbe als Auftrag. Hundert Porträts, 1990, pp. 568-572.
  • Tout feu, tout femme. Marie Goegg-Pouchoulin, Else Züblin-Spiller, régie de Gaby Schaedler, 2000 (film).
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Variante(s)
Else Spiller (nom de naissance)
Else Züblin (nom de mariage)
Dates biographiques ∗︎ 1.10.1881 ✝︎ 11.4.1948

Suggestion de citation

Ludi, Regula: "Züblin-Spiller, Else", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 12.04.2021, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/009415/2021-04-12/, consulté le 23.01.2022.