de fr it

ZachariasBletz

10.12.1511 à Zoug, 28.8.1570 à Lucerne, cath., de Lucerne dès 1533. Fils de Johannes, maître d'école, et de sa deuxième femme, Elisabeth Plainerer, de Francfort. 1) 1533 Margret Wirz (✝︎1559) 2) Maria Egglin (✝︎1568), 3) Elisabeth Dulliker (✝︎1588), veuve de Beat Schürpf, grand conseiller. B. obtint de Charles Quint le notariat en 1549 et une lettre de noblesse en 1551. Il prit dès lors le nom de Bletz zur Rosen. Dès 1566, il fut aussi notaire pontifical. Propriétaire de plusieurs maisons à Lucerne, il se livrait à des opérations de crédit et au commerce du vin et du plomb. Membre de la corporation du Safran. Prévôt de la corporation des Tailleurs en 1542 et de celle des Bouchers en 1546 et 1549. Alors qu'il était secrétaire d'un régiment suisse au service de France, il rédigea la première description de Paris en langue allemande. Il devint maître d'école de Lucerne en 1542. Greffier du Conseil et du tribunal de 1543 à 1551, vice-chancelier de 1551 à 1566, chancelier de 1566 à sa mort. Membre du Grand Conseil dès 1551, il dut en sortir en 1566 pour pouvoir exercer les fonctions de chancelier. Il succéda à Johannes Salat à la tête des représentations théâtrales de Lucerne. A ce titre, il dirigea en 1545 et en 1560 un Mystère de la Passion, dont le plus ancien manuscrit conservé (incomplet) est de sa main. B. dut multiplier les acteurs, comparativement aux versions antérieures, car le nombre des personnes qui désiraient avoir l'honneur de participer au spectacle allait croissant. Les sermons hostiles à la Réforme y occupaient une place importante. Dès 1541, B. travailla au Luzerner Antichrist- und Weltgerichtsspiel ou Spil dess jüngsten Gerichts (Mystère du Jugement dernier) qui fut donné en deux parties, en 1549. B. tente pour la première fois de mieux lier les discours à l'action; le passage du mystère médiéval au drame baroque se manifeste nettement dans les indications scéniques pour les diables, qui doivent s'habiller en nobles (tentateurs), au lieu de faire les bouffons comme dans les mystères de la Passion. B. est l'auteur de plusieurs comédies et divertissements de carnaval, notamment Marcolfus (1546), adaptation d'un sujet ancien.

Sources et bibliographie

  • O. Eberle, Theatergeschichte der innern Schweiz, 1929
  • K. Messmer, P. Hoppe, Luzerner Patriziat, 1976
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF