de fr it

AndreasAmrhein

4.2.1844 (Josef Amrein) à Gunzwil, 29.12.1927 à Sankt Ottilien (D), cath., de Gunzwil. Fils de Johann Amrein, paysan, et d'Anna Maria Bucher. Gymnase à Lucerne, études d'histoire, de dessin, d'architecture et de philosophie (Florence, Munich, Paris, Karlsruhe, Paris) de 1862 à 1867, puis de théologie à Tübingen en 1868. Entré chez les bénédictins à Beuron (D) en 1870, prêtre en 1872, puis moine à Maredsous (B), Beuron, Erdington (Grande-Bretagne) et Mill Hill (Grande-Bretagne). Malgré le Kulturkampf et l'opposition de l'évêque de Ratisbonne Ignatius Senestrey, A. fonda en 1884 à Reichenbach (Bavière) un séminaire missionnaire, approuvé la même année par le pape Léon XIII et transféré en 1887 à Emming/Sankt Ottilien, dont sont issues la congrégation missionnaire de Sainte-Odile et les missionnaires bénédictines de Tutzing. A. voulait raviver l'ancien idéal bénédictin, liant la vie monastique et la mission, l'évangélisation et le travail intellectuel. Il édita une revue et un calendrier missionnaires ainsi qu'une revue pour les jeunes. En 1887, il devint responsable, avec le titre de supérieur général, des missions en Afrique orientale allemande, où un premier couvent fut détruit en 1889 et où le premier supérieur et son successeur trouvèrent la mort en 1891. En 1895, A. ouvrit un généralat à Rome et résigna sa charge de supérieur général. A la suite d'une attaque nerveuse, il se reposa à Rome et à Florence, gagna Zurich en 1901, puis Einsiedeln et Mariastein pour s'établir enfin, en 1907, à Stuttgart, où il illustra le catéchisme de Rottenburg. Il retourna à Sankt Ottilien en 1923.

Sources et bibliographie

  • S. Brechter, «Beurons Beitrag zur Gründung von St. Ottilien», in Beuron 1863-1963, éd. V. Fiala, 1963, 231-267
  • A. Brandstetter, P. Andreas Amrhein von Gunzwil, tiré à part, 1973
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 4.2.1844 ✝︎ 29.12.1927