de fr it

Wiboradasainte

1.5.926 à Saint-Gall. D'une famille noble thurgovienne, Wiborada passa son enfance dans un château du diocèse de Constance. Avec son frère Hitto, qui fréquentait l'école abbatiale de Saint-Gall, elle apprit par cœur les Psaumes, entreprit un pèlerinage à Rome et soigna ses parents. Elle vint à Saint-Gall en 912, sous l'abbé-évêque Salomon III, et passa quatre années probatoires dans une cellule jouxtant l'église Saint-Georges, au-dessus de l'abbaye. Dès 916, elle vécut en recluse près de l'église Saint-Magne. Fidèle à ses vœux, elle refusa de s'enfuir à l'approche des Hongrois et fut tuée dans sa cellule (invasions hongroises). On fixa son anniversaire au 2 mai. Vers 960/970, Ekkehard Ier rédigea la première Vita de Wiborada, qui fut en 1047, sous le pape Clément II, la première femme canonisée selon la procédure officielle romaine.

Vie de sainte Wiborada, trois pages avec miniatures (28,5 x 20,5 cm) tirées d’un manuscrit en allemand, vers 1450/1460 (Stiftsbibliothek St. Gallen, Cod. Sang. 602, e-codices.ch, DOI: 10.5076/e-codices-csg-0602).
Vie de sainte Wiborada, trois pages avec miniatures (28,5 x 20,5 cm) tirées d’un manuscrit en allemand, vers 1450/1460 (Stiftsbibliothek St. Gallen, Cod. Sang. 602, e-codices.ch, DOI: 10.5076/e-codices-csg-0602). […]

Sources et bibliographie

  • Berschin, Walter: Vitae sanctae Wiboradae. Die ältesten Lebensbeschreibungen der heiligen Wiborada. Einleitung, kritische Edition und Übersetzung, 1983.
  • Lexikon für Theologie und Kirche, vol. 10, 20013, colonne 1136.
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ✝︎ 1.5.926

Suggestion de citation

Erhart, Peter: "Wiborada (sainte)", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 16.04.2021, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/010227/2021-04-16/, consulté le 23.09.2021.