de fr it

Illustrés

Le terme désigne des périodiques richement illustrés qui s'adressent à un large public de différentes régions et satisfont un besoin d'information et de divertissement. En général, ils paraissent une fois par semaine et contiennent des reportages photographiques, des textes illustrés, des romans populaires, des concours, des devinettes et d'autres éléments distrayants.

Leurs précurseurs furent des feuilles hebdomadaires qui firent leur apparition dans les années 1830. En 1832, parut à Londres le Penny Magazine, imité dès 1833 par le Pfennig-Magazin allemand et le Magasin pittoresque parisien. Ils présentaient des histoires courtes, des récits de voyage et des articles sur les découvertes techniques. En Allemagne, Die Gartenlaube fut publié de 1853 à 1944. Avec des histoires et des romans patriotiques, cette revue représentant les valeurs de la petite bourgeoisie finit par atteindre un tirage de 400 000 exemplaires et devint un modèle pour les illustrés de langue allemande.

L'illustration suisse, publiée à Genève à l'imitation de L'Illustration de Paris (1843), fut la première à être lancée dans la Confédération en 1866. L'Illustrierter Familienfreund suivit en 1871 à Lucerne et le Schweizer Familien-Wochenblatt en 1881 à Zurich. A Genève, L'illustration nationale suisse vit le jour en 1888 et La Patrie suisse" en 1893. Fondés en 1894 par Eduard Schäubli, les Illustrirte Wochenblätter" (auj. Schweizer Familie") étaient les plus lus autour de 1900. Am häuslichen Herd naquit en 1898 à Zurich; La Famiglia, de tendance catholique, fut fondée au Tessin en 1902.

Couverture du cinquième numéro, le 3 février 1912, du Schweizer Illustrierte Zeitung (Bibliothèque nationale suisse).
Couverture du cinquième numéro, le 3 février 1912, du Schweizer Illustrierte Zeitung (Bibliothèque nationale suisse). […]

A partir de 1900, les illustrés devinrent de plus en plus des mass média. Ce fut le cas du Schweizer Heim, publié dès 1904 par Regina-Verlag, périodique "pour le divertissement et l'édification du peuple chrétien", et des revues In freien Stunden (1908) et Images du Monde (1912) lancées par les éditions Conzett & Huber de Zurich. Paul August Ringier mit sur le marché à Zofingue la Schweizer Illustrierte" (1911) qui ne tarda pas à atteindre des tirages élevés, L' Illustré" (1921), les Ringiers Unterhaltungs-Blätter (1922), Sie und Er (1929) et le Blatt für Alle (1930). Conzett & Huber riposta avec la Zürcher Illustrierte" (1925) et les Wochen-Blätter (1927). Les éditions Bucher de Lucerne sortirent en 1932 Heim und Leben.

Dans les années 1920, apparurent quelques illustrés confessionnels, dont les catholiques Der Sonntag (1920) et Die Woche (1922), tous deux parus chez l'éditeur Otto Walter à Olten, et la publication protestante Leben und Glauben fondée à Laupen en 1926. Le paysage journalistique romand fut enrichi par Je Vois Tout des Imprimeries populaires de Lausanne (1925) et par L'Echo illustré (auj. Echo Magazine) sorti en 1930. Au Tessin, L' Illustrazione ticinese" vit le jour en 1931.

Durant la Deuxième Guerre mondiale, on dénombrait quarante illustrés publiés en Suisse, pour un tirage total de 2,5 millions d'exemplaires. S'y ajoutaient des publications étrangères telles que Signal, le magazine de propagande nazie distribué en Suisse à quelque 70 000 exemplaires. La guerre finie, le nombre d'illustrés continua d'augmenter. Au milieu des années 1960, on comptait sur le marché suisse quelque nonante feuilles de ce genre tirées à 4,6 millions d'exemplaires et autant de publications françaises, allemandes et italiennes. Dès les années 1970, la télévision, les magazines d'information et une diminution des recettes publicitaires condamnèrent à la disparition de nombreux illustrés. Le tirage des Ringiers Unterhaltungs-Blätter (appelés Das Gelbe Heft dès 1979, puis Schweizer Woche) baissa à moins de 80 000 exemplaires en 1996, alors que dans les années 1960, il s'élevait à 330 000. Seuls les grands illustrés des éditions Ringier et Tamedia, tels la Schweizer Illustrierte (213 243 en 2010), la Schweizer Familie (186 098 en 2010) et L'illustré (90 369 en 2010), ont réussi à franchir le cap du XXIe s., car ils ont su s'adapter aux nouvelles habitudes de lecture et à la concurrence de la télévision.

Sources et bibliographie

  • Blaser, Bibl.
  • R. Steiner, Illustrierte und Politik, 1971
  • S. Bose, "Schweizer Illustrierte", 1991
  • P. Rössler, Moderne Illustrierte - Illustrierte Moderne, 1998
Liens

Suggestion de citation

Bollinger, Ernst: "Illustrés", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 14.09.2011, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/010471/2011-09-14/, consulté le 15.06.2021.