de fr it

Celio SecondoCurione

Portrait du théologien, xylographie dans Imagines virorum illustrorum (1593) de Nicolaus Reusner (Universitätsbibliothek Basel).
Portrait du théologien, xylographie dans Imagines virorum illustrorum (1593) de Nicolaus Reusner (Universitätsbibliothek Basel).

1.5.1503 à Ciriè (Turin), 24.11.1569 à Bâle. Fils de Jacomino Troterio, noble piémontais, et de Carlotta Montrotier. Margherita Bianca Isacchi. C. fit des études de lettres et de droit à Turin où, en 1523 déjà, il fut réceptif aux idées de la Réforme. Son intolérance envers la religion traditionnelle le fit entrer en conflit toujours plus ouvert avec les autorités ecclésiastiques. Il enseigna à l'université de Pavie (1536-1539) où il fit la connaissance d'Agostino Mainardi. Renvoyé à la suite de pressions de l'Inquisition, il voyagea entre Venise, Ferrare et Lucques. Dans cette ville, il se lia d'amitié avec Pierre Martyr Vermigli et Girolamo Zanchi et, en 1542, prit le chemin de l'exil. Il s'établit à Lausanne comme praefectus studiorum (1542-1546), puis à Bâle où il fut professeur de rhétorique à l'université, gagnant une réputation et un prestige et européens. Sa vaste production littéraire est étroitement liée à son activité universitaire. Il publia aussi divers traités de théologie, parmi lesquels Pasquillus extaticus (1544), critique mordante de l'Eglise romaine, et De amplitudine beati regni Dei (1554), où il conteste la doctrine calviniste de la prédestination et expose une théorie du salut universel.

Sources et bibliographie

  • M. Kutter, Celio Secondo Curione, 1955
  • DBI, 31, 443-451
  • S. Caponetto, La Riforma protestante nell'Italia del Cinquecento, 21997, 330-331
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF

Suggestion de citation

Campi, Emidio: "Curione, Celio Secondo", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 12.09.2005, traduit de l’italien. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/010573/2005-09-12/, consulté le 28.09.2020.