de fr it

Achard

Famille originaire de Die en Dauphiné, dont deux membres, Jean-François et Abraham, réfugiés à Genève pour cause de religion, furent admis à la bourgeoisie en 1697 et 1699. Elle s'allia dès ce moment à des familles citoyennes (Brochet, Rigaud, Trembley). Les descendants d'Abraham émigrèrent en Prusse où plusieurs d'entre eux, tels Antoine (->) et François (->), firent de brillantes carrières de pasteurs et d'hommes de sciences. Les A. restés à Genève se consacrèrent au négoce et à la banque et plusieurs d'entre eux prirent part aux luttes politiques des XVIIIe et XIXe s. Philippe (1713-1771) fut commissaire des Représentants en 1766, mais ses fils se rangèrent du côté de l'aristocratie en 1782: Jacques (1747-1828), des Deux-Cents de 1775 à 1792, fut élu au Petit Conseil en 1782; il renonça toutefois à y siéger. Jean (1755-1821) fut membre du comité de sécurité en 1782 et il présida à plusieurs reprises la Société économique, qui gérait les biens de la République après la Révolution. Actifs sous la Restauration, les A. quittèrent la politique après 1846 et leurs descendants optèrent pour des professions libérales.

Sources et bibliographie

  • Généal., ms. Geisendorf, AEG