de fr it

Jean-Jacques-CatonChenevière

20.12.1783 à Genève, 5.3.1871 à Genève, prot., de Genève. Fils de Nicolas, pasteur, et de Jeanne-Elisabeth Dentand. Andrienne Bourdillon, fille de Louis-Marie-Gédéon. Etudes de théologie à l'académie de Genève (1802-1806), doctorat (1807). Consacré en 1806, C. fut pasteur à Marseille (1807-1809), à Dardagny (1810-1812) et à Genève (1814-1851). Professeur de théologie dogmatique à l'académie de Genève (1817-1865), dont il fut le recteur (1825-1830, 1852-1854, 1856-1858). Membre de la loge "Union des cœurs" (1809-1871), il était proche du radicalisme politique. Adversaire du Réveil, qu'il accusait de déchirer le protestantisme genevois et faire le jeu du catholicisme, C. prônait un supranaturalisme rationnel qui fasse de la théologie une science. Il critiquait les confessions de foi, mettait en cause la Trinité, le péché originel et la rédemption, prônait une religion morale et raisonnable fondée sur l'exemple de Jésus. Personnalité brillante et controversée qui marqua le XIXe s. genevois.

Sources et bibliographie

  • Fonds, BPUG
  • Livre du Recteur, 2, 490-491
  • O. Fatio, éd., Genève protestante en 1831, 1983
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF