de fr it

Louis-ConstantHenriod

30.4.1814 à La Chaux-de-Fonds, 5.9.1874 à Colombier (NE), prot., de Couvet. Fils de Louis-Constant, pasteur, et de Mélanie Brandt. Rose-Albertine de Gélieu, fille de Bernard, pasteur. Beau-frère de Bernard de Gélieu. Etudes de rhétorique à Neuchâtel (fondateur de la Société des étudiants neuchâtelois, future Société de Belles-Lettres, suite aux dissensions politiques rencontrées au sein de Zofingue), puis de théologie à Berlin (1835). Consécration (1838) et voyage en France, où H. prit connaissance des idées du mouvement évangélique du Réveil. Il s'installa au Locle comme diacre (1840-1844) puis comme pasteur à Valangin (1845-1865). En 1849, il refusa de prêter serment à la nouvelle république pendant le culte et fut démis temporairement de ses fonctions avant d'obtenir gain de cause. H. quitta son poste en 1865 pour raisons de santé, mais écrivit de nombreux manuels et brochures et s'impliqua dans des projets d'évangélisation. Remplacements à New York et Hambourg (1867).

Sources et bibliographie

  • H.-L. Henriod, Les familles Henriod, originaires de Couvet, bourgeois de Neuchâtel, dactyl., 1965, 68-75
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 30.4.1814 ✝︎ 5.9.1874

Suggestion de citation

Volorio Perriard, Myriam: "Henriod, Louis-Constant", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 09.04.2008. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/011225/2008-04-09/, consulté le 01.11.2020.