de fr it

Wartenberg

Ruines de trois châteaux forts (Hinter-W., Mittel-W. et Vorder-W.), sur la colline homonyme, dans la comm. de Muttenz BL, à l'est de l'ancien village. Celui de Vorder-W., mentionné au XIIIe s., est le plus remarquable. Il a livré des céramiques de la fin de l'époque carolingienne, témoins d'une longue occupation, et servit peut-être aux rois de Bourgogne au XIe s. La structure de ses murs révèle plusieurs étapes de construction entre le XIIe et le XIVe s. Vers 1300, il appartenait, ainsi que les deux autres châteaux, aux Frobourg de la branche de Neu-Homberg. En 1301, il échut à titre de fief, avec le château de Mittel-W. et Muttenz, aux Zer Sunnen, puis aux Münch de Münchenstein en 1371 et finalement à la ville de Bâle en 1515. A cette époque, il était déjà abandonné. L'enceinte est relativement intacte, sauf au nord où elle servit de carrière. Lors de sa restauration en 1974, les fortifications enchâssées durant la Deuxième Guerre mondiale furent partiellement démolies. Situé au point culminant de la colline, le Mittel-W., mentionné dès le XIVe s., est historiquement lié au Vorder-W. Les vestiges d'un donjon à quatre étages (fin du XIIe s.) et entouré d'un fossé, ont été rendus méconnaissables par des rénovations datant des années 1930. Des éléments des XIIIe et XVe s. sont attestés. Abandonné au XVe s., le château servit d'abri aux troupes bâloises lors de la guerre de Trente Ans. Il fut à nouveau rénové en 1955-1956. Le Hinter-W., mentionné pour la première fois au XIVe s., fut sans doute construit par les Alt-Homberg, probablement au début du XIIIe s. Des vestiges remontent aux XIIe et XIVe s. Il fut d'abord le siège de ministériaux des Homberg, puis des Frobourg (Marschalk von Frohburg). Il revint à titre de fief aux seigneurs d'Eptingen-Madlen en 1296 et fut acquis par la maison d'Autriche en 1306. Au XVe s., il devint propriété de la famille Sevogel, puis de l'église Saint-Georges à Rümlingen. Au XVIe s., il passa à la ville de Bâle (bailliage de Münchenstein-Muttenz).

Sources et bibliographie

  • W. Merz, Die Burgen des Sisgaus, 4, 1914, 51-79
  • J. Schneider, «Die Grafen von Homberg», in Argovia, 89, 1977, 5-310, surtout 92, 97
  • W. Meyer, Burgen von A bis Z, 1981, 134-137