de fr it

Rotwelsch

On appelle rotwelsch le langage secret (argot) utilisé dès 1250 environ dans l'espace germanophone par des mendiants itinérants professionnels et des escrocs de diverses provenances. Pour la sociolinguistique moderne, le rotwelsch appartient aux langues spéciales ayant contribué à forger l'identité collective des groupes de marginaux. Il a ses racines dans l'allemand (dont il reprend les mots tout en leur donnant d'autres significations), mais repose aussi sur des dérivations d'autres langues, comme le yiddish et les parlers tsiganes. N'ayant ni grammaire ni phonologie propres, il n'est pas, scientifiquement parlant, une vraie langue, mais un sociolecte relativement simple. Le terme rotwalsch (au sens de "faux, fourbe") est attesté pour la première fois dans un Passionnaire du milieu du XIIIe s. On le rencontre ensuite dans des Gylerverzeichnissen (listes de mendiants) ou Gaunerbüchlein (petits livres révélant les astuces des escrocs). Le lexique du rotwelsch est connu par un écrit de Gerold Edlibach (1488) et surtout par le Liber vagatorum de Mathias Hütlin, intendant de l'hôpital de Pforzheim. Cet ouvrage, publié anonymement en 1510 et constamment réédité jusqu'en 1755, se base sur les Basler Betrügnisse der Gyler (1433/1440); il décrit la vie des mendiants professionnels et contient un glossaire de 219 termes. Parallèlement, il existe de nombreuses listes de mots, rédigées en général par des personnes ayant affaire, de par leurs fonctions, à des mendiants ou marginaux. A la fin du XIXe s., les témoignages sur le rotwelsch se font rares. Mais on en repère des traces dans beaucoup de langues spéciales (jargons des commerçants, des soldats, des étudiants), dans l'argot berlinois ou viennois, dans l'allemand familier (par exemple roter Hahn, littéralement coq rouge, pour incendie) et dans le jenisch.

Sources et bibliographie

  • F.C.B. Avé-Lallemant, Das Deutsche Gaunerthum, 4 vol., 1858-1862 (vol. 1 et 2, 21914)
  • F. Kluge, Rotwelsch, 1901 (réimpr. 1987)
  • R. Jütte, Abbild und soziale Wirklichkeit des Bettler- und Gaunertums zu Beginn der Neuzeit, 1988
  • R. Girtler, Rotwelsch, 1998