de fr it

Hospitaliers de Saint-Antoine

Antonins

Confrérie laïque créée vers 1095, dans le but premier de soigner les pèlerins malades, à Saint-Antoine (Isère), où se trouvait le corps d'Antoine le Grand. Ordre suivant la règle de saint Augustin dès 1247, chanoines réguliers dès 1297, les hospitaliers de Saint-Antoine se répandirent dans toute l'Europe. Ils se donnèrent pour tâche de traiter les gens souffrant du feu Saint-Antoine (ergotisme). Ils avaient au XVe s. environ 370 hôpitaux accueillant quelque 4000 patients. Les cinq maisons de Suisse dépendaient de préceptories générales sises à l'étranger: Berne, de Chambéry en Savoie; Bâle, d'Isenheim en Alsace; Petit-Bâle, Uznach et Berthoud, de Fribourg-en-Brisgau. Elles furent sécularisées à la Réforme. En 1776, les hospitaliers de Saint-Antoine, qui n'avaient plus que trente-trois maisons, furent incorporés à l'ordre des chevaliers de Malte.

Sources et bibliographie

  • HS, IV/4, 37-134

Suggestion de citation

Mischlewski, Adalbert: "Hospitaliers de Saint-Antoine", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 09.07.1997, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/011705/1997-07-09/, consulté le 30.11.2020.