de fr it

JakobHartmann

16.5.1876 à Wienacht (comm. Lutzenberg), 7.5.1956 à Rehetobel, prot., d'Ebnat. Fils de Johann Heinrich, couvreur, et d'Elisa Tobler. 1898 Barbara Schmied, servante, fille de Gottlieb, ouvrier. Ecole primaire à Heiden, formation au métier paternel, puis apprentissage de ramoneur. H. a évoqué son enfance dans Das Vorspiel des Lebens (1923). Ramoneur à Oberegg et Heiden de 1898 à 1902, à Schaffhouse, Hérisau et Rüti (ZH) de 1911 à 1914 et de 1916 à 1928, il fut aussi gendarme (1902-1904) et agent d'assurances (1905-1911 et 1914-1916); après 1928, il vécut à Reute, Lutzenberg, Heiden, Kesswil et Rehetobel. En 1914, sa pièce en dialecte Appenzeller Sennelebe connut un immense succès à l'Exposition nationale. Alfred Tobler lui donna le surnom de "Chemifeger Bodemaa", qui lui resta. Il eut une intense activité de journaliste, de conteur en patois et de conférencier spécialiste de l'histoire et de la géographie régionales. Il fit de nombreuses apparitions à la radio. A côté de ses pièces de théâtre populaire, il a écrit Appezeller Gschichte (1912, en partie autobiographique) et des recueils d'anecdotes appenzelloises (du distr. du Vorderland), Heimatspiegel (1930) et Stöck ond Stuude (1933, 31987). Il fut franc-maçon et membre de l'Armée du Salut.

Sources et bibliographie

  • Fonds, KBAR
  • Appenzeller Zeitung, 9.5.1956
  • P. Eggenberger, «Jakob Hartmann alias Chemifeger Bodemaa», in AJb, 129, 2002, 27-43
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 16.5.1876 ✝︎ 7.5.1956
Indexation thématique
Arts et littérature / Littérature

Suggestion de citation

Fuchs, Thomas: "Hartmann, Jakob", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 28.11.2007, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/011918/2007-11-28/, consulté le 24.11.2020.