de fr it

ErwinHeimann

20.2.1909 à Berne, 21.8.1991 à Heiligenschwendi, prot., de Reuti (comm. Hasliberg). Fils d'Emil, cheminot. 1936 Gertrud Heizmann. Après un apprentissage de monteur chauffagiste, H. se met à écrire en 1932 pour des journaux suisses à Paris, où il travaille comme mécanicien. Après un intermède zurichois comme monteur, il y écrit aussi Wir Menschen (1935), son premier roman, qui relate un amour parisien. Dans Hetze (1937), son second roman qui évoque la grève des monteurs zurichois de 1932, il parvient à la conclusion qu'il faut répondre à la menace hitlérienne non par la lutte des classes, mais par la réconciliation. H. persistera dans cette position précaire de juste milieu entre engagement de gauche et patriotisme bourgeois. Lecteur auprès d'une maison d'édition dès 1938, auteur indépendant dès 1963. Ses livres (Der letzte Optimist, 1948; Hast noch der Söhne ja, 1956) et sa collaboration à la radio (feuilleton radiophonique Sturmzyt, 1964) lui assurèrent une notoriété dans toute la partie germanophone du pays.

Sources et bibliographie

  • La mare aux grenouilles, 1964 (all. 1960)
  • Ein Blick zurück, 1974 (autobiogr.)
  • Kosch, Deutsches Literatur-Lex., 7, 676-677
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 20.2.1909 ✝︎ 21.8.1991
Indexation thématique
Arts et littérature / Littérature

Suggestion de citation

Linsmayer, Charles: "Heimann, Erwin", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 05.12.2007, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/011928/2007-12-05/, consulté le 26.10.2020.