de fr it

Pfanneregg

Couvent de capucines à Wattwil SG, qui trouve son origine dans une communauté de femmes ermites sur le Hünersedel (Sedel) près du château fort d'Iberg. Les religieuses, rattachées au tiers ordre de saint François, échangèrent leur maison sur le col très fréquenté du Ricken contre le Bärenfels, demeure située de l'autre côté de la Thur sur le P., où vivaient des frères anachorètes. La maison des sœurs de P. est mentionnée pour la première fois en 1411 lorsque l'abbé de Saint-Gall Kuno von Stoffeln inféoda aux religieuses le chesal de leur maison et leur imposa une règle. Tandis que l'abbé de Saint-Gall détenait le patronage, le couvent était soumis au droit de visitation du provincial des cordeliers de Strasbourg. En 1525, vingt-quatre religieuses, dont deux sœurs de Zwingli, adoptèrent la Réforme et furent dotées sur ordre et en présence du réformateur. Les huit nonnes restées fidèles à l'ancienne foi se retrouvèrent dans une grande pauvreté. Après la seconde guerre de Kappel (1531), la situation des catholiques dans le Toggenbourg s'améliora et l'existence du couvent fut à nouveau garantie; toutefois, dans la seconde moitié du XVIe s., les autorités intervinrent en raison du relâchement de la discipline monastique. Le droit de visitation passa à l'abbaye de Saint-Gall en 1579. La supérieure Elisabeth Spitzlin amorça un changement durant son mandat (1574-1611). Sa rencontre avec le capucin Ludwig von Sachsen en 1586 à Einsiedeln la convainquit d'appliquer la réforme franciscaine et elle transforma l'institution en un couvent de capucines (1591). Cette réforme dite de P. s'étendit à la plupart des couvents féminins du tiers ordre de saint François encore existant dans le pays après la Réforme et rayonna jusqu'en Allemagne, en Autriche et en Alsace. Après l'incendie de 1620, un nouvel édifice fut élevé l'année suivante sur le Wenkenrüti à Wattwil, selon les normes tridentines. La clôture stricte fut introduite en 1726 et l'adoration perpétuelle en 1771. L'actuel monastère de Wattwil est soumis depuis 1847 au droit de visitation de l'évêque de Saint-Gall.

Sources et bibliographie

  • HS, V/1, 609-662; V/2, 1095-1103, 1123; IX/2, 578-588
  • Ch. Schweizer, «Schwestern ohne Kapuze dennoch Kapuzinerinnen», in Helvetia Franciscana, 37, 2008, 257-265