de fr it

Heiligberg

Chapitre de chanoines séculiers, près de Winterthour. Diocèse de Constance. Fondé vers 1225 par les comtes de Kibourg (1246 mons sanctus), il desservait la paroissiale saint Jacques, ancienne église privée des seigneurs de Weisslingen. Rodolphe de Habsbourg compléta ses statuts en 1273. Appelé aussi Heiligenberg, il se composait du curé comme supérieur et de trois chanoines. Deux nouvelles prébendes furent fondées en 1264 et 1368. Les chanoines étaient soumis à l'obligation de résider (mais ils ne vivaient pas en communauté). L'un d'eux, appelé procurateur, s'occupait de la gestion économique (ordonnance de 1479). L'institution subit des dommages de guerre en 1355 et en 1415. La paroisse comprenait H. et une partie de l'Eschenberg. Le chapitre acquit en outre le patronage de la chapelle Saint-Georges près de Winterthour en 1425, de Buch am Irchel en 1444 et de Schlatt (ZH) en 1473. Il eut pour patrons et avoués les Kibourg jusqu'en 1264, les Habsbourg jusqu'en 1467, puis la ville de Zurich. Siège dès 1486 de la confrérie des pèlerins de Saint-Jacques de Winterthour. A la Réforme, il fut sécularisé (1525) et une partie de l'église fut démolie (1530).

Sources et bibliographie

  • HS, II/2, 1977, 300-307
  • E. Baumeler, Die Urbare des Stifts Heiligberg bei Winterthur, mém. lic. Zurich, 1988
  • E. Eugster, Adelige Territorialpolitik in der Ostschweiz, 1991, 37-57
Liens
Notices d'autorité
GND