de fr it

Josef VitalKopp

1.11.1906 à Beromünster, 22.9.1966 à Lucerne, cath., de Beromünster. Fils de Michael Vital, secrétaire et amman de la commune, et de Kunigunda Herzog. Etudes de théologie à Innsbruck et Soleure, prêtrise en 1931. Philologie classique à Fribourg, Berlin et Heidelberg dès 1935, doctorat en 1939. Maître de gymnase à Willisau et Lucerne (1938-1966), membre du conseil d'éducation cantonal. A l'instar de son premier ouvrage Sokrates träumt (1946), l'œuvre de K. est déterminée jusqu'à la fin des années 1950 par un idéalisme sans faille résultant de sa vision de l'Antiquité, comme son Brutus en 1950. Après avoir lu Teilhard de Chardin et désormais atteint d'une maladie incurable, il écrivit avec une touche de pessimisme existentiel, critiquant la société et l'Eglise (Der sechste Tag, 1961). Der Forstmeister (1967), son ouvrage le plus moderne, qui rappelle Kafka, montre le héros sortant vainqueur du combat engagé contre une bureaucratie encroûtée dont on comprend qu'il s'agit de l'Eglise catholique. K. entretint une relation amoureuse avec l'artiste Annemarie von Matt, liaison qu'Otto Marchi rendit publique dans Soviel ihr wollt (1994). Prix de la Fondation Schiller en 1947 et 1951, prix de littérature de Suisse centrale en 1962.

Sources et bibliographie

  • Fonds, KBNW
  • K. Fehr, Josef Vital Kopp, 1968 (avec bibliogr.)
  • D. Schönbächler, Erfahrung der Ambivalenz, 1975
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 1.11.1906 ✝︎ 22.9.1966
Indexation thématique
Arts et littérature / Littérature