de fr it

SchöntalBL

Couvent fondé vers 1140 par les comtes de Frobourg et situé dans la comm. de Langenbruck BL, au nord-est du village. Les religieux étaient des bénédictins, mais on ne sait d'où ils venaient. Un document de l'évêque de Bâle de 1146 mentionne l'obligation, pour les moines, de participer à l'office de chœur. L'église conventuelle fut consacrée en 1187. Une communauté de bénédictines était peut-être établie à côté du couvent vers 1180 déjà. Le monastère masculin disparut au cours du XIIIe s., mais l'administration resta aux mains d'un prévôt, tandis que les nonnes dépendaient d'une supérieure (Meisterin). Après avoir connu un apogée au cours duquel on compta jusqu'à seize religieuses, le couvent s'appauvrit au cours du XIVe s. Menacé de disparition, il fut remis en 1415 à l'ordre des frères servites par les six sœurs alors mentionnées. Il fut reconstruit et placé sous la protection séculière de la ville de Bâle, qui détenait aussi l'avouerie. En 1418, le pape Martin V soutint la nouvelle organisation en accordant une indulgence. Le couvent connut un nouvel essor et vit affluer de nombreux pèlerins, notamment en temps de peste. En 1506, le Conseil de Bâle profita des nouveaux droits de surveillance que lui avaient conférés les servites pour réformer S. L'église conventuelle et le cloître furent à nouveau consacrés en 1511 par l'évêque auxiliaire Tilman Limperger. En 1525, le couvent subit des dégâts importants lors de la guerre des Paysans. L'adoption de la Réforme à Bâle, au printemps 1529, scella sa fin. Dans les années qui suivirent, S., comme les autres monastères bâlois, passa sous l'administration de l'hôpital de Bâle pour servir à l'assistance publique. La famille Wackernagel acheta les bâtiments au XIXe s. L'établissement, rénové en 1986, devint en 2000 un lieu de rencontre (fondation privée) avec des expositions régulières de sculptures.

Sources et bibliographie

  • HS, III/1, 1952-1956; IV/7, 1025-1042
  • J. Tauber, «Eglise et territoire», in Pro Deo, éd. J.-C. Rebetez et al., 2006, 64-75, surtout 64-67
En bref
Variante(s)
Schönthal