de fr it

JoachimRaff

27.5.1822 à Lachen, 4.6.1882 à Francfort-sur-le-Main, cath. Fils de Franz Joseph, maître d'école, de Souabe, et de Katharina Schmid, de Lachen. 1859 Dorothea (Doris) Genast, actrice, fille d'Eduard (connu sous le pseudonyme de Franz Naumann), chanteur et directeur de théâtre. Gymnase à Rottenburg am Neckar (Wurtemberg). Maître à Rapperswil (SG, 1840). R. étudia la musique en autodidacte et fit imprimer ses premières pièces pour piano chez Breitkopf & Härtel en 1844 sur recommandation de Felix Mendelssohn Bartholdy. Après avoir fait la connaissance de Franz Liszt en 1845, il devint son assistant et secrétaire privé (1850-1856). Il évolua ainsi dans les cercles de la "nouvelle école allemande" à Weimar, qui, à l'instar d'Hector Berlioz ou de Richard Wagner, était à la recherche d'une approche moderne de la musique à programme. Dans un article intitulé Die Wagnerfrage (1854), R. adopta cependant une attitude critique face aux créations du compositeur allemand. Il collabora à la Neue Zeitschrift für Musik (1854-1861) et, après son déménagement à Wiesbaden (1856), se consacra principalement à la composition. En 1878, R. fut nommé directeur du conservatoire Hoch à Francfort, nouvellement créé. De ses Schweizerweisen (1855) à sa septième symphonie (In den Alpen, 1876), ses pièces contiennent des titres qui font référence à la Suisse. Appréciée de son vivant, son immense œuvre tomba vite dans l'oubli. La redécouverte de sa musique est due aux activités de la Société Joachim Raff, fondée à Lachen en 1972, ainsi qu'à une édition complète entamée par les éditions Nordstern (Stuttgart) en 1994.

Sources et bibliographie

  • Die Musik in Geschichte und Gegenwart, Personenteil, 13, 22005, 1191-1199
  • M. Römer, «Joachim Raff, Komponist», in MHVS, 100, 2008, 229-231
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 27.5.1822 ✝︎ 4.6.1882