de fr it

Nikolaus von Basel

Mentionné pour la première fois en 1393 à Cologne dans un jugement condamnant le bénédictin Martin von Mainz comme hérétique. N. y apparaît en tant que maître de ce dernier et meneur d'une secte de libres penseurs. Il s'agit peut-être du même N. que le bégard visionnaire inspiré qui, selon le Formicarius de Johannes Nider, errait sur les bords du Rhin à la tête d'une bande de jeunes gens totalement dévoués et qui fut brûlé à Vienne comme hérétique avec deux de ses compagnons, peu avant le concile de Pise de 1409. N. n'est en revanche pas le légendaire "Ami de Dieu de l'Oberland".

Sources et bibliographie

  • K. Schmidt, Nicolaus von Basel, 1866 (avec erreurs)
  • F.W. Bautz, Biographisch-Bibliographisches Kirchenlexikon, 6, 1993, 874
  • Religion in Geschichte und Gegenwart, 6, 42001, 330
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF

Suggestion de citation

Wetzel, René: "Nikolaus von Basel", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 06.08.2009, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/012185/2009-08-06/, consulté le 24.10.2020.