de fr it

Iuliomagus

Vicus romain, comm. de Schleitheim SH, dans la vallée du Zwerenbach, affluent de la Wutach, au pied du Randen. Le nom, attesté seulement par la table de Peutinger, laisse supposer un site celte, refondé ou rebaptisé au début de l'époque romaine. Cependant, si des vestiges celtes du IIe s. av. J.-C. sont attestés, on n'en a encore trouvé aucun de La Tène tardive ou du début de la période impériale. Les plus anciens vestiges romains indiquent que le vicus ne fut érigé qu'après le milieu du Ier s. apr. J.-C., sur la voie romaine menant de Tenedo (Zurzach) à Brigobannis (Hüfingen, Bade).

Les premières trouvailles éparses remontent au début du XIXe s. La Société d'histoire et d'archéologie du canton de Schaffhouse mena des fouilles de 1860 à 1871 et de 1885 à 1898, la Société d'histoire locale de Schleitheim procéda plus tard à des recherches moins ambitieuses. Les thermes, mis au jour en 1974-1975, sont conservés depuis 1976 sous un hangar-abri et accessibles aux visiteurs. La vaste enceinte sacrée fut placée sous protection en 2000. Le vicus, dont la structure est bien connue grâce aux nombreuses fouilles, s'est développé de part et d'autre de la voie romaine, qui va du sud-est au nord-ouest, parallèlement au cours d'eau; il occupe une surface d'environ 1000 m de long et 100 à 200 m de large, sur les lieuxdits Im Boden, Salzbrunnen et Z'underst Wyler. A l'est du ruisseau se dressaient le centre de l'agglomération, les thermes et les autres bâtiments publics en pierre (magasins et auberge notamment), ainsi que des maisons à plan allongé servant de logements et d'ateliers, construites au début avec une ossature en bois (sablières basses, poteaux verticaux, murs en torchis ou en madriers), plus tard en colombages sur des fondations en pierre.

A l'ouest du cours d'eau, d'autres constructions occupaient le terrain légèrement pentu du lieudit Hinder Muren. Dans la partie sud se trouvait une vaste enceinte sacrée. Le temple principal, découvert en 1860, mesurait 16,5 m sur 21 m; érigé sur une terrasse dotée d'un mur de soutènement du côté du vallon, il était précédé sur son flanc est d'un escalier de 7 m de large menant à un portique. Un temple à déambulatoire plus petit et d'autres édicules, peut-être destinés à abriter un autel ou des offrandes, furent repérés grâce à l'archéologie aérienne. L'affectation des bâtiments situés au nord de l'enceinte sacrée est inconnue à ce jour. Les vues aériennes montrent qu'ils étaient aussi entourés d'un mur.

La profusion de petits objets datant de la fin du Ier et du début du IIe s. atteste d'une croissance rapide du vicus, suivie d'un déclin abrupt. Il ne subsiste guère de traces de la période allant jusqu'à l'occupation du territoire par les Alamans, vers 350 apr. J.-C. L'étude des trois villae de Vorholz, Brüel et Lendenberg, situées sur le territoire de la commune de Schleitheim, a donné des résultats analogues.

Sources et bibliographie

  • J. Bürgi, Schleitheim - Iuliomagus: die römischen Thermen, 1985
  • R. Frei-Stolba, «Erwägungen zum Ortsnamen Iuliomagus - Schleitheim, Kanton Schaffhausen (Schweiz)», in Fundberichte aus Baden-Württemberg, 12, 1987, 371-387
  • J. Bürgi, Iuliomagus - römisch Schleitheim: die öffentlichen Thermen, 1989
  • R. Fellmann, La Suisse gallo-romaine, 1992 (all. 1988)
  • J. Trumm, Die römerzeitliche Besiedlung am östlichen Hochrhein, 2002