de fr it

LeonhardSteiner

9.11.1836 à Zurich, 13.12.1920 à Zurich, de Zurich. Fils de Leonhard Steiner, industriel de la soie, et de Maria Elisabetha née Hess. ​1) 1860 Maria Franziska Schweikhofer, 2) 1863 Anna Cramer. Leonhard Steiner dut reprendre l'entreprise paternelle, qu'il liquida en 1879/1880, car elle était déficitaire depuis le début des années 1870. Dernier président de la société de la bourse de Zurich (Börsenverein Zürich), il fut également le premier président de l'organe qui lui succéda, la chambre de commerce de Zurich (Kaufmännische Gesellschaft Zürich) en 1874-1875. Il présida en outre l'Union suisse du commerce et de l'industrie (USCI) de 1872 à 1874.

En 1879, Leonhard Steiner publia Glärnischfahrt, son premier recueil de poèmes en dialecte zurichois. Ses poésies et ses farces en dialecte, par exemple Läbedi Bilder (1883), Edelwyss (1888) et E praktisches Landchind (1889) lui apportèrent une grande popularité. Il écrivit aussi des poèmes en allemand comme Uto und Pluto (1880), des drames, dont Ulrich von Hutten (1886), et des Festspiele, notamment pour la fête fédérale de tir de 1889. A 48 ans, il se lança en autodidacte dans la peinture de paysage; ses tableaux connurent un succès international. En 1897, 1898 et 1906, il exposa à la Künstlerhaus et, en 1909, 1912 et 1916, à la Helmhaus à Zurich. Des gouvernements cantonaux et des compagnies de chemins de fer chargèrent Leonhard Steiner de créer des peintures de paysage à des fins publicitaires pour les expositions de Genève (1896), Paris (1899) et Milan (1906).

Sources et bibliographie

  • Société suisse des Beaux-Arts (éd.): Schweizerisches Künstler-Lexikon, rédigé par Carl Brun, vol. 3, 1913, pp. 242-243.
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF

Suggestion de citation

Schmid, Christian: "Steiner, Leonhard", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 04.05.2020, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/012319/2020-05-04/, consulté le 18.10.2021.